jeudi 5 juin 2014

Louve, tome 1 : Raïssa (Les mondes de Thorgal) de Roman Surzhenko et Yann (2014)

► Roman Surzhenko & Yann / Le Lombard / 48 pages


☼ Louve est une petite fille bien mystérieuse. Comme Jolan, en raison de ses origines, elle est dotée d'un étrange pouvoir, celui de communiquer avec les animaux par la pensée. Pendant que Thorgal vit ses propres aventures et qu'Aaricia s'occupe des tâches liées au foyer, Louve, aux abords du village viking, va faire d'inquiétantes rencontres. Dans ce premier volume intitulé Raïssa, elle lie connaissance avec une meute de loups qui terrorise les voyageurs égarés. Aussi téméraire que son père, elle brave le danger et va en apprendre un peu plus sur l'origine de son nom... et sur elle-même !


La libraire peu sympathique ne m'a tellement donné envie de me plonger dans le carton des bandes-dessinées dédiées aux 48 heures de la BD. Mais j'ai quand même profité de l'opportunité pour prendre une quasi valeur sûre. Cela fait de nombreuses années que je connais l'histoire de Thorgal. J'ai d'ailleurs lu la plupart des titres sortis, sans jamais me lasser des illustrations et du récit. 

Quand mon regard a croisé cette BD, je ne pouvais décidément pas la laisser dans la boutique. D'autant plus que j'ai toujours bien aimé Louve (qui parle aux loups, et a ce côté un peu sauvage que j'aime bien retrouver chez certaines héroïnes).

Bien que les auteurs originels aient changé, j'ai trouvé les couleurs et le type de dessins tout à fait conformes aux souvenirs des oeuvres de Jean Van Hamme et Grzegorz Rosinki. J'ai donc pu reprendre ma lecture là où je l'avais laissé, partant du point de vue de Louve.

On retrouve la jeune fille vivant seule avec sa mère Aaricia dans le village d'origine de Thorgal. La gamine a la trempe de son père et ne se laisse pas marcher sur les pieds, au grand dam de sa mère qui redoute que les villageois les bannissent de chez eux à cause de son tempérament.

Louve va se mettre dans une situation indélicate, car peu appréciée des gamins du village. Cela l'amènera à papoter avec des louves et, bien évidemment, à mettre les pieds sur les traces de ceux de son père.

En toute franchise, vu le nombre de pages peu conséquent (48), je me garde de vous en dire plus et vous invite à découvrir ce titre. Ce premier tome lance avec énergie cette nouvelle série, qu'on peut suivre, je suppose, en parallèle de celle de son père. Et je n'y ai vu aucune fausse note.

J'ai replongé avec bonheur dans l'univers de Thorgal grâce aux 48 heures de la BD et j'en suis tout simplement ravie. Peut-être même cela me donnera-t-il envie de redécouvrir les anciens titres par la force des choses! J'espère que vous avez pu vous le procurer, car c'est le titre qu'il aurait été bête de louper!

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression