mardi 3 juin 2014

N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures de Paola Pigani (août 2013)

► Paola Pigani / Liana Levi / 240 pages

☼ Nous sommes au printemps 1940 quand un décret déclare qu'en période de guerre, la circulation des nomades, des sans domicile fixe, des sans patrie ni profession constitue un danger pour la défense nationale.

Alba a quatorze ans. Elle vit avec sa mère aveugle, son père et ses frères et soeurs en roulotte. Cette famille manouche comme beaucoup des leurs sillonnent les routes de Charente et de la Gironde au gré de leurs spectacles de théâtre ambulant et du travail proposé dans les vignes. Ils sont heureux dans leur vie de liberté et de voyage permanent et se sentent en sécurité au sein de leur communauté.

Mais très vite la guerre se rappelle à eux. Il présenteraient un danger pour l'Etat, eux qui n'ont aucune existence habituellement pour ce même Etat ni aucune considération.



Ils sont sommés de se rassembler avec leurs familles et leurs biens : roulottes, chevaux, animaux, etc... car ils doivent se rendre à pied jusqu'à Angoulème pour rejoindre le camps des Alliers. Ils seront escortés par les gendarmes comme de vulgaires criminels. Alba, sa famille et leurs semblables des autres communautés entrent dans le camps des Alliers en novembre 1940 et n'en sortiront qu'en mai 1946.

Avec l'histoire d'Alba (tirée de faits réels) et de sa famille, l'auteure relate enfin une réalité historique rarement abordée : l'internement des tziganes, manouches, bohémiens, romanichels dans une trentaine de camps d'internements français. Quel délit ont-ils commis ? Aucun. Ils étaient français et avaient leur carnet de circulation en règle. Ils étaient juste différents dans leur mode de vie et ne bénéficiaient d'aucune compassion de la part de leurs compatriotes.

Au delà de cette vérité historique souvent tue, Paola Pigani aborde avec l'histoire d'Alba, de sa famille et de ses semblables, une réalité plus cruelle que celle de l'enfermement lui-même. En effet, le pire supplice n'a certainement pas été l'exclusion, la persécution, la faim, le froid, la vermine mais le fait de leur enlever l'essence même de leur vie : leur liberté, le voyage, leur mode de vie et leur identité.

On leur confisque les roulottes, les chevaux, leurs affaires et ils vivent dans des baraquements, eux qui ne connaissent que le ciel, les routes, les arbres, les feux de camps, l'intimité de leurs roulottes et leurs communautés.

Avec "N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures" on accompagne Alba dans sa vie au camps durant ces 6 années, période difficile où chacun y laisse petit à petit son âme et ses espoirs. Louis le père se bat pour maintenir son cheval en vie afin de ne pas perdre ses repères. Maria sa mère glissera doucement dans un silence et se laissera cueillir par la mort. Chacun se perd dans un espace limité qui les font mourir moralement. Et pourtant pour Alba comme pour les siens, malgré cette maltraitance qui les anéantie, personne ne pourra leur prendre leur fierté, leur dignité et surtout leur obstination à survivre à toute cette désolation inhumaine.

J'ai aimé l'histoire d'Alba et des siens. N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures est un livre touchant qui ébranle et qui ne saurait laisser le lecteur indifférent.

Cette histoire ne se raconte pas. Il faut la lire comme si on vous la racontait autour d'un feu au son des violons. Une histoire qui se glisse entre les arbres avec légèreté comme le souffle du vent.

Paola Pigani avec une écriture fluide et sobre à la fois, a su avec finesse, beaucoup de délicatesse et une grande intelligence nous imposer les personnages avec lesquels on partage ces années d'enfermement injustifiées.

Une histoire à découvrir absolument et un livre à faire connaître et circuler. Un regard juste, respectueux, compatissant, rempli de tendresse que porte là l'auteure sur une communauté mal connue, souvent injustement décriée et qui mérite plus de sollicitude et de respect de notre part.

Un grand coup de coeur pour ce livre qui m'a ému et qui a su exploser mon coeur.

N'entre pas dans mon coeur avec tes chaussures, un titre qui défini déjà la réalité de cette communauté et qui appelle le respect pour celle-ci. Avant de rejeter, apprenons à connaître car la différence est une richesse.

Merci à Paola Pigni pour ce très beau roman.





Découvrez également (en cliquant sur la couverture) :



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression