dimanche 29 juin 2014

Rentrée littéraire, ma sélection #2 Robert Laffont


Retrouvez ma sélection Actes sud ici

Voici ma sélection pour la rentrée littéraire 2014 proposée par le groupe Robert Laffont. Tous les titres ne sont pas annoncés sur leur site. Ici, les premières sorties prévues pour le mois d'août.



Chez Laffont

Avis à mon exécuteur - Romain Sloconde

Parce que la réalité dépasse toujours la fiction, il a fallu attendre Avis à mon exécuteur pour qu'un roman révèle enfin les plus extraordinaires secrets des renseignements soviétiques.
Lundi 10 février 1941, Washington, hôtel Bellevue. Un homme arrivé la veille est retrouvé mort d'une balle dans la tête, une arme près de lui. La police conclut au suicide. Nul ne sait encore que l'inconnu a été l'un des plus importants agents secrets des services de renseignements soviétiques, le témoin des pires conflits politiques du XXe siècle. Un suicide, vraiment ?...
En 1936, Victor rêve encore de la révolution mondiale quand il découvre l'emprise stalinienne sur la révolution en Catalogne – prisons secrètes dignes de l'Inquisition, assassinats de militants soupçonnés de trotskysme, trafics d'oeuvres d'art. Malgré lui, il participe à l'élimination d'un transfuge soviétique, mais il est trop tard pour quitter les rangs ; l'époque est à la suspicion et aux purges. Tandis qu'à Moscou, les fonctionnaires du NKVD se défenestrent pour échapper à l'arrestation et aux tortures, Victor doit gagner Paris et honorer une mission : la traque de son meilleur ami et l'assassinat de la femme de celui-ci. En dépit des menaces qui pèsent sur sa propre famille, il refuse de commettre ce dernier crime. Désormais condamné à une exécution officieuse, le chasseur Krebnitsky devient gibier, ne pouvant plus compter que sur sa ruse et son talent de caméléon. Il reste un moment à Paris auprès du fils de Trotsky, sous la protection du gouvernement de Léon Blum, dans l'ombre des nombreux intellectuels français qui chantent les prodiges du socialisme russe. Puis il fuit aux États-Unis, une arme explosive en poche : le document secret prouvant la trahison et le « grand mensonge » de Staline. S'en servir signifie la mort. Pourtant, c'est la seule chance qu'il lui reste de sauver son épouse et son fils...
Vaste fresque au parfum de roman d'espionnage à travers l'Europe de l'Ouest et l'Amérique de la fin des années 1930, inspiré d'événements réels, comme l'affaire Ignace Reiss, Avis à mon exécuteur dénonce les ravages de l'infiltration, la lâcheté des gouvernements occidentaux de l'époque et l'embrigadement des plus grands esprits du XXe siècle : Louis Aragon, Elsa Triolet, Henri Barbusse, Romain Rolland, les Américains Dashiell Hammett et Lillian Hellman et l'Allemand Bertolt Brecht...

Le bal des hommes - Gonzague Tosseri

La Brigade mondaine mène l'enquête dans les milieux invertis du Paris des années 1930.

Un premier roman généreux et très maîtrisé.
Une nuit de 1934, des inconnus pénètrent dans le zoo de Vincennes, abattent et émasculent deux fauves avant de prendre la fuite. Les autorités sont convaincues que les pénis tranchés vont grossir un trafic d'aphrodisiaques destinés aux homosexuels parisiens. Elles chargent l'inspecteur Blèche de résoudre l'affaire.

Blèche, homme glacé doté d'une intelligence supérieure et d'une mémoire hors norme, est à la Brigade mondaine chargé de surveiller les « invertis ». Son enquête le conduit à exhumer de dangereux secrets, dans les hauts lieux du Paris interlope des années 1930 et auprès des hommes-clés du milieu, comme Oscar Dufrenne, le flamboyant directeur du Palace.
Sur un fond historique réaliste qui prend racine dans la Première Guerre mondiale et jette un pont jusqu'à la Seconde, et nous fait assister aux émeutes du 6 février 1934 ou à l'assassinat du roi de Yougoslavie, des éléments mystérieux ne tardent pas à enfiévrer un récit hyper maîtrisé, à l'intrigue précise. La langue très travaillée de Gonzague et Tosseri fait revivre un Paris extraordinaire et à jamais disparu.

Nous faisions semblant d'être quelqu'un d'autre - Shani Boianjiu

Un premier roman coup de poing, singulier et provocateur, par une nouvelle voix de la littérature.
Camarades de classe depuis l'école primaire, Yaël, Avishag et Léa sont de jeunes Israéliennes fantasques qui se réfugient souvent dans leurs mondes imaginaires pour tenter d'oublier qu'elles s'ennuient à mourir dans le village isolé ou elles habitent. Une adolescence ordinaire, dans un lieu et à une époque qui sont loin de l'être.
À la fin de leurs études secondaires, elles sont incorporées dans l'armée et effectuent leur service militaire. Sarcastique et autoritaire, Léa se retrouve postée à un checkpoint en Cisjordanie, tandis que la sombre Avishag sert dans une unité de combat chargée de surveiller la frontière égyptienne et que Yaël entraîne les soldats au maniement des armes. Leur insouciance, leur soif de vivre, leurs corps désirants contrastent de façon saisissante avec le monde confinérépétitif et brutal de l'armée ou elles sont confrontées à toute la violence d'un pays en état d'alerte permanent. Léa, Avishag et Yaël racontent avec désinvolture et détachement les expériences parfois épouvantables qu'elles traversent et se distraient en s'adonnant à des jeux puérils mais dangereux ou en créant des mondes oniriques qui virent parfois au cauchemar. Lors de leur retour à la vie civile cette parenthèse a un impact délétère sur leur vie d'adulte : dépressives, inadaptées ou sans perspective d'avenir dans leur travail, elles se retrouvent à vendre des sandwichs ou à faire le vigile dans un aéroport, quand elles n'infligent pas des sévices à des hommes qu'elles séquestrent...
Portrait implacable d'une génération perturbée par cet univers troublé ou la violence et la peur sont omniprésentes, ce roman initiatique met en lumière toute la difficulté d'être jeune et de forger son identité en Israël.
Chez Julliard



Les tribulations du dernier Sijilmassi - Fouad Laroui

Un ingénieur marocain décide du jour au lendemain de rompre avec son mode de vie occidentalisé.
Une tentative de retour aux sources semée d'embûches et à l'issue plus qu'incertaine...
Adam Sijilmassi revenait d'Asie ou il avait négocié brillamment la vente de produits chimiques marocains. Alors qu'il survolait la mer d'Andaman, il se posa soudain une question dérangeante : « Que fais-je ici ? » Pourquoi était-il transporté dans les airs, à des vitesses hallucinantes, alors que son père et son grand-père, qui avaient passé leur vie dans les plaines des Doukkala, n'avaient jamais dépassé la vitesse d'un cheval au galop ? Ce fut une illumination. Il décida de renoncer à cette vie qui ne lui ressemblait pas, se résolut à ne plus jamais mettre les pieds dans un avion et à changer totalement de mode de vie. Funeste décision !
Arrivé à l'aéroport de Casablanca, il entreprit de rejoindre la ville à pied, ce qui lui valut de rentrer chez lui encadré par deux gendarmes. Dès que sa femme comprit ce qu'il voulait faire, elle retourna vivre chez sa mère, en emportant le chat. À peine avait-il donné sa démission que son employeur le mettait à la porte de son appartement de fonction. Qu'importe, il ne céderait pas. Il se débarrasserait de cette défroque d'ingénieur, nourri au lait du lycée français de Casablanca. Il viderait sa tête de tout ce fatras de fragments de littérature française qui lui compliquait la vie. Il redeviendrait le Marocain authentique qu'il n'aurait jamais dû cesser d'être. Il partit (à pied...) vers son village natal. Fatale décision ! Certes, il redécouvrit la bibliothèque de son grand-père et dévora la littérature et la philosophie qu'avaient produites quelques génies au temps béni de l'Andalousie arabe. Mais, dans son village, personne ne comprenait pourquoi un ingénieur de Casablanca venait s'enfermer dans la maison délabrée de sa famille. Était-il un fou ? Ou un perturbateur ? Un prophète ? Fallait-il l'abattre ou le vénérer ?
Dans son style inimitable, Fouad Laroui nous entraîne à la suite de son héros dans une aventure échevelée et picaresque ou se dessine en arrière-plan une des grandes interrogations de notre temps : qui saura détruire le mur que des forces obscures sont en train d'ériger entre l'Orient et l'Occident ?

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression