vendredi 11 juillet 2014

Comment ne rien faire de Guy Delisle (2007)

► Guy Delisle / La Pastèque / 142 pages

Pour l'acheter, cliquez ici

☼ Résumé :

Comment ne rien faire regroupe les courts travaux de l'auteur québécois parus dans diverses publications au cours des dernières années. A travers ces histoires expérimentales ou intimistes, aux chutes parfois déconcertantes, Guy Delisle crée une oeuvre empreinte de finesse et d'humour.

☼ Mon avis :

Avant toute chose, je tiens à dire que j'aime énormément le travail de Guy Delisle. J'ai lu tous ses travaux autobiographiques (dans bio il y a graphique). Il est un observateur de grand talent et j'adore la façon dont il retranscrit sa réalité. Il a révolutionné mon approche de la bande dessinée avec Shenzhen, Pyongyang, Chroniques birmanes et Chroniques de Jérusalem.

C'est vrai, je n'ai pas particulièrement aimé ses plus récents travaux, dont Le guide du mauvais père. Je n'ai même pas encore lu le tome 2. Je ne suis pas parent, cela n'a pas fait mouche. J'ai bien ri mais cela ne m'a pas suffit.

Quand j'ai découvert Comment ne rien faire dans ma bibliothèque, j'ai jubilé. Un album que je ne connaissais pas! A moi l'exclu, je suis l'exploratrice des fonds cachés! Mais mon enthousiasme n'a pas tenu bien longtemps.

On découvre un Guy Delisle plus jeune. Comme ce sont des travaux rassemblés, il n'y a pas vraiment de ligne directrice, et le style est assez inégal. Certaines histoires sont pas mal, d'autres vraiment bien, et quelques unes assez peu compréhensibles.

Un album qui ne m'a pas vraiment plu, mais grâce auquel on perçoit l'évolution du style Guy Delisle. Pas un indispensable à mon sens, mais peut-être comblera-t-il les grands fans de l'auteur qui veulent absolument avoir toute son oeuvre dans leur bibliothèque. Je suis quand même bien contente de ne pas avoir investi dedans.

Pour ceux qui ne savent pas par lequel commencer, oubliez ce recueil et foncez directement lire les quatre titres que j'ai cité en début de ce billet. 

Message à l'auteur : cher Guy Delisle, si vous passez par là (sait-on jamais), j'espère que vous recommencerez à dessiner votre quotidien avec votre regard que j'aime tant. Pourquoi ne pas nous faire découvrir la ville dans laquelle vous vivez ou celles que vous traversez pendant vos projets?

Vous pouvez également découvrir mon avis sur ce livre en cliquant sur la couverture

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression