lundi 14 juillet 2014

Une fille, qui danse de Julian Barnes (avril 2014)

► Julian Barnes / Folio / 212 pages

Pour l'acheter, cliquez ici

☼ Mon résumé :

Au lycée, Tony, Alexander et Colin forment un groupe soudé, un peu intellectuel. Ils ne cessent de réfléchir au sens des choses. Leur quotidien se trouve bouleversé à l'arrivée d'Adrian, un jeune homme très intelligent qui botte en touche même les professeurs.

D'admiration, les trois jeunes gens vont l'intégrer à leur bande. Quelques temps plus tard, chacun d'entre eux prend la direction d'une université. Leur amitié se poursuit par la voie de la correspondance. Tony, le narrateur, ne peut s'empêcher de favoriser Adrian.

Ainsi va la vie, Tony sort avec Véronica. Le jeune homme est frustré, ils ne font pas l'amour. Après leur rupture, Véronica passe pourtant la nuit avec lui. Tony s'en remet jusqu'au jour où il apprend que son ex sort avec Adrian. De colère, il lui envoie une lettre. Peu de temps après, Adrian se suicide.


☼ Mon avis:

Une fille, qui danse est un texte instrospectif. Le narrateur, Tony, se remet sans cesse en question, cherche du sens et l'interroge. Il n'est sur de rien, sauf de la banalité de sa vie. En le lisant, on a vraiment l'impression d'être dans sa tête. A tel point que je me demande si l'auteur a juste mis sur papier les réflexions que l'on formule dans la notre. Je ne saurai pas vous dire si c'est propre à l'auteur ou à tous les hommes, mais j'ai rencontré de nombreux échos à mon raisonnement en découvrant le fonctionnement de la pensée de Tony.

Tony est en quête perpétuelle de sens. Il change d'échelle de grandeur dès qu'il trouve une réponse, le faisant douter et sauter d'un pied sur l'autre. En rien agaçant, le texte rappelle que l'on n'est jamais sûr de rien et qu'il ne faut pas émettre d'avis définitif trop vite. A contrario, toujours douter empêche de vivre pleinement. Tony sait qu'il est passé à côté de sa vie.

Sans cesse, il veut rivaliser avec Adrian. Il cherche de la reconnaissance. Il veut être compris par le jeune homme, avoir son assentiment. Alors quand il découvre que Véronica sort avec lui, ses émotions sont fortes.

Tout le livre est donc voué à la recherche de la réalité, plus que de la vérité. Adrian s'est tué. Que signifie son geste? Pourquoi? Ce fait est encore plus incompréhensible pour Tony car le groupe de quatre amis a déjà expérimenté le deuil et cherché une raison quand l'un de leur copain de lycée s'est suicidé.

Julian Barnes a écrit un livre passionnant, introspectif et très intelligent. Tony est mis à nu, et en se lisant, on peut avoir la sensation de se lire. Comme dit plus haut, c'est le premier ouvrage dans lequel je reconnais presque mon système de pensée, et il est probable qu'il soit commun à chacun ou particulier à certains (sommes nous uniques à ce niveau là ou similaires?) Je me dis que Julian Barnes n'a pas pu l'inventer et s'est forcément inspiré du sien. Ou alors c'est un génie et fin psychologue. Il ne me reste qu'à lire un autre livre de lui pour mieux le cerner. En tout cas, l'auteur a du style, j'ai adoré sa plume, fluide, riche en vocabulaire, puissante.

Un coup de coeur, un grand frisson car j'ai eu l'impression d'être en scaphandre dans le cerveau d'un autre. Je n'ai pas pu le lâcher. Dès que je l'ai croisé en librairie, je sentais qu'il fallait que je le lise. Pendant des semaines, j'ai joué au chat et à la souris, ne voulant pas me l'acheter par économie. Ma cousine me l'a finalement offert. Et je l'en remercie! Pour info, le titre de ce livre est The sense of an ending, qui résume parfaitement l'ouvrage!

6 commentaires:

  1. Wishlist ! J'adore le titre et la couverture et ton coup de coeur !

    RépondreSupprimer
  2. Il est dans ma PAL, j'espère me régaler autant que toi :)

    RépondreSupprimer
  3. Tous ses livres ont l'air géniaux en fait... Merci hein ! :P

    RépondreSupprimer
  4. Ca donne envie ! Je note le titre... :)

    RépondreSupprimer
  5. Tu me donnes envie de le lire ! J'aime aussi beaucoup la couverture

    RépondreSupprimer
  6. En commençant la lecture du résumé, je me dis "chouette, il a l'air bien!" mais la fin, juste celle du résumé, avec le suicide, je ne m'y attendais pas! Tu aiguises ma curiosité ;) Je le note avec plaisir!

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression