vendredi 25 juillet 2014

Le violon noir de Maxence Fermine (janvier 2003)

► Maxence Fermine / Points / 128 pages

Pour l'acheter, cliquez ici

☼ Mon résumé :

Johannes Karelsky est un talentueux violoniste reconnu et plébiscité de par le monde. Il réside à Paris et son plus grand projet serait de composer un opéra unique et sublime.

Malheureusement, la réalité de la vie de son époque le rattrape. L'histoire se passe en 1796, l'époque Bonaparte. Il sera enrôlé dans l'armée de Bonaparte et fera la campagne d'Italie jusqu'à ce qu'une blessure l'oblige à rester à Venise avec les troupes d'occupation. 

Il logera dans la maison d'Erasmus, un luthier. C'est ainsi que se rencontrent deux amoureux de la musique, connaisseurs des violons (l'un les fabrique et l'autre en joue) et que naîtra une grande amitié.

Erasmus lui confiera l'histoire étrange du violon noir qu'il garde précieusement dans sa maison.

☼ Mon avis :

Le violon noir est un livre de 124 pages, qui se lit avec aisance et sans réelle difficulté. L'histoire est belle et d'une grande poésie. Un roman qui fait du bien, qui parle d'art, de musique, d'amour, d'espoir avec une douceur et une grande délicatesse.

Quand on lit ce livre, on entend la musique. Le lecteur entre dans un autre univers loin des tracasseries et des bruits qui polluent habituellement nos vies. Une livre d'une grande beauté humaine et qui fait passer au lecteur un moment de lecture unique et inattendu.

A emmener dans votre valise car avec un tel roman, on plonge dans un monde de rêverie et de beauté inespéré. Si on s'y oublie, on y entend de la musque jouée au violon. A lire vraiment car on passe un moment de lecture privilégé et surtout de qualité quasi artistique.

J'ai adoré et j'ai aimé cette parenthèse hors du temps.

2 commentaires:

  1. Ta chronique est positive mais je ne suis pas sure de tenter, je n'aime pas trop l'epoque Bonaparte...

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup cet auteur... je le note ;-)

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression