mardi 8 juillet 2014

N'éteins pas la lumière de Bernard Minier (février 2014)

► Bernard Minier / XO / 616 pages

☼ Mon résumé:

Christine Steinmeyer, animatrice vedette à Radio 5, mène une vie de jeune femme moderne et indépendante. Elle doit se rendre le soir du 24 décembre avec Gérald son fiancé, réveillonner chez les parents de ce dernier.

Mais Christine trouve dans sa boîte à lettre une lettre d'une personne qui prévient de son suicide imminent. Christine ne comprend pas pourquoi elle a reçu ce courrier. Pensant à une erreur, elle fait le tour de ses voisins. Mais personne ne semble concernée par cette étrange missive. Christine oubliera cette lettre dans la voiture de Gérald jusqu'au jour où un homme lui téléphone dans son émission et l'accuse en direct d'avoir laisser mourir une personne. Déstabilisée, elle récupère la lettre et se rend à la police.

Mais son histoire est tellement improbable que personne ne la croit. La police est même persuadée qu'elle est déséquilibrée au point d'écrire elle-même un tel courrier.


Les incidents se multiplient. Quelqu'un pénètre dans son appartement, blesse son chien et l'enferme dans le vide-ordures. Elle est menacée, accusée à tort, agressée au point de perdre son fiancé, son travail et être à la merci du ou des harceleurs ou persécuteurs.

Parallèlement et durant cette même période, Martin Servaz, commandant à la police criminelle, se trouve hospitalisé dans un centre pour policiers dépressifs. Il a été mis en arrêt de travail. Il a perdu totalement pied quand il a reçu le coeur de son amie Marianne, expédié dans une boîte isotherme par le tueur Hirtmann. Alors qu'il essaie de se reconstruire, Martin Servaz reçoit par courrier la clef magnétique d'une chambre d'un hôtel de Toulouse. Dans cette chambre, une artiste Célia Jablonka s'est suicidée. Intrigué, Martin Servaz mènera l'enquête officieusement. Petit à petit, il retrouve son instinct et cette envie d'en savoir plus. Célia Jablonka s'est bien suicidée. Mais pourquoi alors qu'elle était une jeune femme pleine de vie et d'enthousiasme. Du jour au lendemain, elle s'est isolée, est devenue taciturne et a finalement mis fin à ses jours.

L'enquête semble difficile et pourtant Martin Servaz poursuit ses investigations.

Pour Christine, les événements se précipitent. Elle se sent en insécurité permanente. Elle est de plus en plus isolée, son chien est tué. Elle est agressée, accusée injustement de harcèlement et de violence. elle se rend compte que la personne responsable de ce cataclysme veut la rendre folle et la pousser au suicide.

Avec une énergie et un instinct de survie inhabituel, elle essaie de reprendre le dessus car elle veut savoir qui veut la détruire en lui infligeant de telles souffrances mentales et physiques.

☼ Mon avis :

"N'éteins pas la lumière" est un thriller psychologique de haute voltige, oppressant , angoissant. Un piège effrayant et terrifiant à la fois qui se referme sur Christine. L'auteur, avec une habilité narrative certaine, y entraîne également le lecteur.

Une nouvelle fois, Bernard Minier nous emporte dans une histoire qui fait frissonner. L'auteur y aborde des sujets tels que la manipulation, le harcèlement, la vengeance. Un livre qui vous prend aux tripes et vous embarque avec horreur dans un scénario funeste, tragique et totalement imprévisible. Un excellent thriller.

Bernard Minier, fidèle à lui-même, sait nous transporter dans son monde littéraire. Je n'ai pas lâché ce roman jusqu'à la chute de l'histoire, inattendue certes, mais quelle chute. En lisant Bernard Minier, on fait du grand huit littéraire à chacun de ses romans.

Un extraordinaire roman plein de suspens, écrit avec intelligence et une justesse chirurgicale. Du grand Bernard Minier. Un auteur qui ne déçoit pas.

A lire absolument pour ceux qui aiment le grand frisson.
J'ai adoré.







2 commentaires:

  1. Wouaw, dès les premier mots de ton commentaire j'ai été captivée et certaine que je le lirai !! Ca tombe bien parce que je voulais découvrir l'auteur mais avec une histoire qui me plaise et pas juste parce que tout le monde l'encense : un grand merci donc !

    RépondreSupprimer
  2. Ton avis donne envie de le lire. Je l'avais déjà remarqué sur d'autres blogs :)

    Bonne semaine de lectures

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression