dimanche 3 août 2014

Dante and Aristotle discover the secrets of the universe de Benjamin Alire Saenz (février 2012)

► Benjamin Alire Saenz / S&S BFYR / 368 pages

Pour l'acheter, cliquez ici

☼ Mon résumé:

Aristote est un adolescent plutôt colérique avec un frère en prison. Dante est un monsieur je-sais-tout avec un inhabituel regard sur le monde. Quand ils se rencontrent à la piscine, ils semblent n'avoir rien en commun. Mais comme ces deux solitaires passent du temps ensemble, ils découvrent qu'ils peuvent se lier d'amitié de façon bien spéciale - le type d'amitié qui change des vies et marquent à jamais. Et c'est à travers leur relation qu'Ari et Dante découvriront les secrets les plus importants à propos d'eux-même et du type de personne qu'ils voudront devenir. [traduction perso]

☼ Mon avis :

Enfin j'ai lu ce livre phénomène dont beaucoup parlent sur internet et qui sortira dans quelques mois chez Pocket jeunesse. J'ai tellement entendu vanter sa couverture superbe, ce titre si évocateur, ce contenu absolument sensationnel, sa couverture superbe, etc, etc. Je n'ai pas eu le livre entre mes mains, mais l'e-livre. Il m'est donc difficile de vous confirmer la chose, je peux toutefois vous parler du reste.

Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers, quelles belles promesses ! Avec des prénoms pareils, déjà on sent que cela va le faire. En plus, ces deux ados sont d'origine mexicaine et vivent aux Etats-Unis, apportant ce délicieux décalage que j'aime bien, avec la problématique de l'intégration et des ruptures de liens familiaux lorsque les habitudes de vie évoluent.

Ari est un chouette bonhomme. C'est à travers ses yeux qu'on découvre sa vie et sa relation avec Dante évoluer. Proche de sa mère, il est plus distant avec son père, marqué par la guerre au Vietnam, et s'interroge sur ce frère dont il ne se rappelle pas, et qui est en prison. Un frère que ses parents semblent vouloir effacer de leur vie.

Solitaire, parlant avec les points, il n'a pas beaucoup d'amis. Et un jour, un autre jeune homme, Dante, se lie d'amitié avec. Ce genre de relation simple qui évolue sans que rien ne soit demandé. Les deux, et leurs familles, vont beaucoup évoluer autour de ce noyau.

J'ai bien aimé ce livre, qui m'a beaucoup fait penser au bouquin Le monde de Charlie. On a le narrateur en pleine interrogation sur lui-même et son univers. Il essaie de trouver les bonnes normes, c'est un garçon bien, et gentil. Ce n'est pas lui qui le pousse à mal, mais les autres. Le genre de personnage typiquement représenté dans les romans d'apprentissage américain pour ado, avec cette forte conception de la morale et cette famille qui l'entoure. Cela me rappelle cette image qu'on nous présentait dans les bouquins d'histoire. D'ailleurs ils sont tellement bien, que ce sont les autres qui leur font du mal. Chose vérifiée dans ce bouquin.


L'écriture est simple. Je l'ai lu en anglais donc c'est vraiment abordable, en tout cas du même niveau que le livre de Chbosky. Je n'ai pas été particulièrement sous le charme de cette plume. Je m'attendais à des choses plus intenses, même si j'ai apprécié la qualité de l'histoire puisqu'en moins de 400 pages, on s'attache aux personnages et on en vient à être touché par les événements tragiques du récit. A ce propos, je remarque encore une similitude avec Le monde de Charlie : la révélation finale qui se pointe toujours en fin de récit.

Ainsi, pendant l'histoire, les deux tiers nous placent l'histoire, nous parlent du comportement des différents protagonistes, abordent des problématiques sans apporter de réponses. Et évidemment en fin de récit, on nous balance le lourd, histoire de faire sortir les larmes du lecteur. Efficace dans Le monde de Charlie, efficace dans ce livre, et probablement efficace dans d'autres titres d'auteurs américains qui ont trouvé l'astuce pour bouleverser le jeune lecteur. Par comparaison, une autre façon de parler de l'histoire serait de nous mettre directement dans la problématique, de nous exposer le problème et de lire comment le personnage va évoluer pour s'en sortir. Mais ce procédé narratif est plus compliqué et ne doit souffrir d'aucune erreur pour assurer l'adhésion du lecteur. Alors, même si j'ai apprécié Dante and aristotle discover the secrets of the universe, je regrette quand même cette facilité dans l'histoire, qui assurément va entraîner l'adhésion d'un large public mais montre assez clairement, à mon sens, un manque de prise de risque de la part de Benjamin Alire Saenz.

J'ai trouvé quelques passages plats. J'ai regretté que les passages au sujet des secrets de l'univers ne soient pas plus symboliques. Je n'ai pas accroché à la simplicité du style très jeunesse et peut être même plutôt pauvre puisqu'en anglais ce récit est accessible à un très large public de personnes francophones. Les personnages sont un peu "gnan-gnans", ils ne sont pas mauvais, s'ils sont blessés, c'est à cause des autres.

Pour la tranche d'âge visée, je trouve toutefois que ce livre est bien car il parle d'intégration, et aussi d'homosexualité, des thématiques qu'on apprécie tous puisque cela façonne l'ouverture d'esprit des jeunes. La relation d'Ari et Dante envers leurs parents est juste magnifique, idyllique et équilibrée (voire carrément impossible dans la vraie vie).

En définitive, c'est un bon roman d'apprentissage avec des personnages attachants, mais clairement destiné à un public jeune encore en transformation ou aux personnes qui apprécient les récits à l'américaine, avec ces personnages assez puritains, cette frontière des bons et des mauvais et cette notion de la morale.

5 commentaires:

  1. Ah, tu vois, je n'ai pas considéré ça de cette façon du tout. J'ai aimé la simplicité du style parce que c'était clairement la voix d'Ari, complètement paumé, qui ne sait même pas pourquoi il est en colère. Et j'ai été très, très touchée par l'histoire "normale"... l'évolution sans grand événement déclencheur, j'ai trouvé que ça changeait de ce qu'on lisait normalement. Bon, ok, les familles sont trèeeees bien adaptées, j'avoue. :) Mais je n'aurais pas décrit ce roman comme typiquement américain... mettons que j'ai lu tellement, tellement pire dans le genre (le résultat d'habiter sur le même continent... on fait une overdose de bons sentiments!) J'espère que tu trouveras ton bonheur dans un autre roman!

    RépondreSupprimer
  2. Je connaissais ce livre uniquement pour sa magnifique couverture, mais le contenue à l'air tout aussi intéressant.
    Ta chronique m'as donner envie de l'avoir entre les mains ! :)

    RépondreSupprimer
  3. C'est un livre dont on entend tellement parler en bien sur la blogo que je ne pense pas résister encore longtemps... Enfin bon... avec tout ceux que j'ai à lire, il sera surement sorti en français d'ici là ^^

    RépondreSupprimer
  4. J'adore comment tu présentes ce livre ! Ca change des perpétuels coup de coeur et surtout tu annonce bien la couleur ! **

    RépondreSupprimer
  5. J'ai beaucoup apprécié le livre mais je comprends tes réserves et je les partage aussi, notamment sur la relation avec les parents.

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression