dimanche 14 septembre 2014

La mécanique des fluides de Lidia Yuknavitch (septembre 2014)










L'auteure commence son roman auto-biographique avec la perte de sa petite fille. Lidia accouche de sa petite fille morte dans son ventre. Le traumatisme est sans nom hormis que cela rajoute un événement dramatique à une succession de moments de vie sombres, violents qui l'anéantissent. Lidia nous raconte sa vie : des moments douloureux, destructeurs qui n'ont qu'un objectif faire mourir la personne qu'elle est et qui au fond d'elle-même est déjà morte.




Elle grandit auprès d'une mère mal-aimante et alcoolique et d'un père brutal, violent et incestueux. Elle ne trouvera un refuge protecteur que dans la natation. Elle sera une très bonne nageuse, reconnue et promise à une grand avenir sportif. Malheureusement pour échapper à sa vie d'enfant maltraitée, elle se met à boire, à se droguer. Elle quitte sa maison familiale pour l'université mais très vite rattrapée par ses excès et ses comportements extrêmes, elle sera renvoyée. Lidia est intelligente mais dans une phase dépressive et morbide. Elle se met en danger en permanence et provoque les échecs répétitifs dans ses relations, ses études et sa vie. Elle a peu d'estime pour elle-même et est en incapacité d'aimer ou d'être aimer. Un sentiment quasi tabou pour elle.

Ce qui la sauvera c'est l'écriture alors même qu'elle n'en est pas réellement consciente. Elle a l'occasion de participer au projet d'écriture de Ken Kesey, auteur de "vol au-dessus d'un nid de coucou" et elle découvre une possibilité d'exister par elle-même. Grâce à l'écriture elle se réconcilier avec elle et apprend enfin à vivre.



* Lidia Yuknavitch

* Denoël

* 336 pages



Ce roman auto-biographique de Lidia Yuknavitch est touchant, brutal et dérangeant à la fois.

L'auteure nous raconte sans filtre, sans tabou, avec justesse et douleur, sa vie. Un livre étonnant, à l'écriture sans chronologie et assez décousue mais qui pose des mots précis sur chaque désillusion, traumatisme, excès divers. Une façon de se raconter sans censure mais avec un tel réalisme et de nudité intellectuelle.

Certains lecteurs peuvent être déstabilisés par ce livre, son contenu et sa façon d'écrire.

Mais je crois qu'il est intéressant de le lire et cela même s'il peut sembler brutal, réaliste et troublant à la fois.

La mécanique des fluides est un livre qui aborde ce sentiment de rage qui est le même dans l'auto-destruction, dans la souffrance, dans l'envie de vivre et d'aimer. Mais pour cela il faut se trouver et appendre.

Certes ce livre déstabilise le lecteur voire le dérange à certains moments mais il est tellement surprenant.

Au possible lecteur de voir s'il a envie de tenter l'expérience de ce roman auto-biographique.


Merci aux éditions Denoël pour l'envoi.







2 commentaires:

  1. Coucou!! Comme je me suis permise de le souligner sur facebook, ce roman m'a en effet déstabilisé de part le style de l'auteur plutôt déroutant mais qui peut certainement plaire à bien des futurs lecteurs et lectrices. Bises :)

    RépondreSupprimer
  2. Comme tu le dis si bien, je fais partie des lectrices qui n'ont pas du tout adhéré à ce livre...

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression