dimanche 21 septembre 2014

La patience du diable de Maxime Chattam (mai 2014)




Ludivine Vancker, une gendarme spécialisée dans le profilage des criminels, est amenée avec son équipe à intervenir sur un go-fast en flagrant délit. Cette intervention devait permettre l'arrestation de trafiquants de drogue. La surprise fut grande et perturbante pour les policiers quand ils découvrent que la marchandise livrée est une cargaison de peaux humaines.



L'enquête les conduira vers un marginal totalement déjanté et psychologiquement très perturbé, qui vit dans un immeuble désaffecté d'une cité.

L'individu qui se fera appréhendé, tient des propos délirants et inquiétants. Il semble être sous l'emprise totale de celui qu'il surnomme son maître "le diable". Il conduit Ludivine et son équipe au domicile d'un autre disciple du diable puis ne dira plus rien. L'autre adepte est retrouvé dans sa maison, mort de peur et d'effroi.

Pour Ludivine et son équipe, cette enquête semble compliquée, opaque, effrayante avec des ramifications inattendues. Elle finit par comprendre que son affaire a un lien direct avec les tueries des passagers d'un TGV, des clients d'un restaurant réputé et bien d'autres faits divers sanglants. Par ailleurs, d'autres personnes sont retrouvées mortes de terreur.

Ludivine et ses collègues sont conscients que cette affaire va les amener dans des investigations difficilement soutenables, sordides, sanglantes et réellement perturbantes. Chacun d'entre eux se trouvent confrontés à ses propres démons.

Ludivine pourra-t-elle mener son enquête à terme et arrêter celui qui est surnommé le diable et qui manipule avec intelligence, perversité et sans état d'âme, ses disciples qu'il transforme en tueurs ? Arrivera-t-elle à dépasser son sentiment d'horreur et ne pas sombrer elle-même dans des croyances absurdes ?

Il faudra lire cet excellent roman pour le savoir.


* Maxime Chattam

* Albin Michel

* 500 pages


Avec La patience du diable, Maxime Chattam entraîne le lecteur une nouvelle fois dans son univers sombre et si lucide à la fois avec une efficacité inégalable.

Dès les premières lignes, le lecteur est happé par l'histoire et ne lâche plus le livre jusqu'à l'issue fatale, ceci malgré l'atmosphère particulièrement sombre, dérangeante, étouffante, limite stressante et qui vous fait frisonner tout le long du roman.

Maxime Chattam est un auteur qui a sa propre empreinte et sa propre identité d'écrivain. Le lecteur ne sort jamais indemne de ses romans. Il bouscule, interpelle et entraîne son lecteur dans des situations humaines extrêmes avec une intelligence analytique et narrative indéniablement intéressante et juste. Il a un regard inquisiteur et étonnement précurseur sur notre société.

J'aime particulièrement ses livres, son style unique, sa façon de raconter et de nous emmener dans un tourbillon de sentiments divers sans que l'on puisse reprendre son souffle jusqu'aux tréfonds des êtres humains.

A lire absolument car Maxime Chattam est une excellent romancier qui ne déçoit jamais, qui maîtrise son art et qui raconte autant l'âme humaine que la société dans laquelle nous vivons avec une perspicacité rare.

Un grand coup de coeur pour ce livre mais également pour l'auteur. Du Chattam reste du Chattam.












2 commentaires:

  1. Pour être en train de lire un Chattam en ce moment, je confirme: il bouscule pas mal !!!

    RépondreSupprimer
  2. J'aime tellement le style de Chattam... j'ai envie de tous les lire !

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression