dimanche 12 octobre 2014

De nouveaux livres dans ma PAL #29 : la folie (troisième et dernière partie)


Et voilà la troisième et dernière partie de ce grand billet sur les acquisitions. Allez, c'était l'été, ce billet regroupe quand même 4 mois, et je devais affronter une période particulièrement complexe. On va se dire ça.... N'hésitez pas à me dire si vous avez déjà lu ces livres :) Prêt(e) pour la dernière étape?





Le théorème des Katherine de John Green



Je n'avais pas envie de lire Nos étoiles contraires...

Dix-neuf fois Colin est tombé amoureux. Dix-neuf fois la fille s'appelait Katherine. Pas Katie, ni Kat, ni Kittie, ni Cathy, et surtout pas Catherine, mais KATHERINE. Et dix-neuf fois, il s'est fait larguer.

La Rebelle, femme médecin au Moyen Âge de Valeria Montaldi


Au Moyen Age, sous le règne de Saint Louis, Caterina exerce la médecine à Paris, à l'Hôtel-Dieu. Lorsqu'elle tombe enceinte, elle découvre trop tard que son amant est déjà marié et décide d'assumer seule son destin. A l'époque où la dissection des cadavres est interdite par l'Eglise, le groupe clandestin dont faisait partie la jeune femme est dénoncé, et ses confrères masculins n'hésitent pas à lui faire porter l'entière responsabilité du délit. Abandonnée par tous, Caterina parvient à s'enfuir en Italie où elle reprend son travail dans un nouvel hôpital. Mais l'obscurantisme de l'époque la contraint à mener chaque jour une lutte épuisante contre la jalousie et la misogynie de ses collègues.

 La malédiction d'Edgar de Marc Dugain

J'ai lu Avenue des géants du même auteur.

«Edgar aimait le pouvoir mais il en détestait les aléas. Il aurait trouvé humiliant de devoir le remettre enjeu à intervalles réguliers devant des électeurs qui n'avaient pas le millième de sa capacité à raisonner. Et il n'admettait pas non plus que les hommes élus par ce troupeau sans éducation ni classe puissent menacer sa position qui devait être stable dans l'intérêt même du pays. Il était devenu à sa façon consul à vie.»

John Edgar Hoover, à la tête du FBI pendant près d'un demi-siècle, a imposé son ombre à tous les dirigeants américains. De 1924 à 1972, les plus grands personnages de l'histoire des États-Unis seront traqués jusque dans leur intimité par celui qui s'est érigé en garant de la morale.

Ce roman les fait revivre à travers les dialogues, les comptes rendus d'écoute et les fiches de renseignement que dévoilent sans réserve des Mémoires attribués à Clyde Toison, adjoint mais surtout amant d'Edgar. À croire que si tous sont morts aujourd'hui, aucun ne s'appartenait vraiment de son vivant.

Le trône de fer, l'intégrale 1 de George R. R. Martin

Le royaume des sept couronnes est sur le point de connaître son plus terrible hiver : par-delà le mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer, tous les coups sont permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors s'en sortiront indemnes...









De la beauté de Zadie Smith

Rien ne va plus pour le très britannique Howard Belsey, spécialiste de Rembrandt et gauchiste convaincu, qui végète dans la petite université de Wellington : son épouse, Kiki, lui bat froid depuis qu'elle le sait coupable d'infidélité ; Jerome, son fils aîné, s'est réfugié chez Monty Kipps, l'ennemi juré de Howard ; enfin, voilà que Monty lui-même débarque à Wellington comme professeur invité. Tandis que s'affrontent les deux hommes, un chassé-croisé sentimental commence : leurs épouses se lient d'amitié, Zora Belsey s'entiche d'un jeune du ghetto, son frère Levi de réfugiés haïtiens... Zadie Smith aborde ici des enjeux brûlants : conflits raciaux, métissage culturel et rapports de classes. Mais cette fresque tragi-comique offre aussi une méditation tendrement ironique sur ce qui unit les êtres : la quête de la beauté.


Dans la gorge du dragon d'Eliot Pattison 

Pour avoir mis trop d'obstination à résoudre une affaire impliquant un dirigeant du Parti communiste, Shan Tao Yun, ancien inspecteur chinois, endure l'épuisement, la faim et la peur depuis trois ans dans un camp de travaux forcés au Tibet. Après la découverte du corps décapité d'un Américain aux abords du camp, ses codétenus, des moines tibétains, refusent de reprendre le travail, au péril de leur vie. Sur ordre de l'abject colonel Tan et pour sauver ceux qui sont devenus ses amis, Shan accepte de mener l'enquête. Elle le conduira, envers et contre tous, jusque dans l'antre du dragon... Ce roman, déchirant cri de révolte contre la barbarie, a obtenu le prestigieux Edgar Award.

Le monde comme volonté et représentation 1 d'Arthur Schopenhauer

Tome I : L'œuvre de Schopenhauer reste en France encore largement méconnue. Disséminée en de multiples opuscules de philosophie digeste et d'aphorismes divertissants, elle a ainsi vu son unité malmenée au gré des publications tronquées. La parution d'une traduction inédite du Monde comme volonté et représentation offre ainsi l'occasion de reporter l'attention sur l'entreprise proprement philosophique de Schopenhauer, sur l'intention fondatrice qui unit tous ces développements éparpillés au gré des découpages éditoriaux. Le Monde est l'ouvrage dont il faut sans cesse repartir pour comprendre Schopenhauer. Il est toujours risqué de proposer une nouvelle traduction d'un grand ouvrage. Pour le Monde, le risque est peut-être plus grand encore, puisque que l'on s'est accoutumé, en France, à entendre parler Schopenhauer dans les mots d'une traduction incomplète et datant maintenant de plus d'un siècle. Or voilà déjà longtemps que la nécessité se faisait sentir d'offrir aux lecteurs francophones la possibilité d'accéder à une image plus moderne, et nous l'espérons plus fidèle, de la pensée du maître de Nietzsche. Tome II : Cette nouvelle traduction et édition du Monde comme volonté et représentation a pour caractéristique de présenter, de façon évidente, l'étagement des strates successives du texte. Il ne s'agit pas simplement d'une coquetterie de philologue, mais de rendre perceptible le fait que le Monde, tel qu'il se présente aujourd'hui, est le résultat d'un long et complexe travail, qui s'est déposé en une superposition de couches textuelles. Tel est le Monde, avec son noyau (les quatre premiers livres, premiers publiés), auquel s'ajoute l'appendice sur Kant, et que les éditions suivantes ont progressivement enrichi de compléments, d'ajouts, et de corrections parfois substantielles. Cette édition veut avant tout donner à lire Schopenhauer pour lui-même - la chose n'est pas aisée, habitués que nous sommes à regarder le Monde avec les lunettes du nietzschéisme ou du freudisme -, en renouvelant quelques habitudes de traduction et de présentation.

Jonathan Strange et Mr. Norrell de Susanna Clarke

1806. Dans une Angleterre usée par les guerres napoléoniennes, un magicien à l'ancienne mode, Mr Norrell, offre ses services afin d'empêcher l'avancée de la flotte française. En quelques jours, les Anglais ont repris l'avantage. Norrell devient la coqueluche du pays. C'est alors qu'il fait la connaissance d'un jeune et brillant magicien, Jonathan Strange. Ensemble, les deux hommes vont éblouir l'Angleterre par leurs prouesses. Jusqu'à ce que l'audacieux Strange, attiré par les aspects les plus sombres de la magie, provoque la colère de Mr Norrell...

2 commentaires:

  1. j'avais beaucoup aimé La rebelle de Valeria Montaldi, j'espère qu'il te plaira ;)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai aussi Jonathan Strange et Mr. Norrell dans ma pal. Je te souhaite de belles lectures avec tout ça! :D

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression