dimanche 12 octobre 2014

Tempête sur Nogales de Thierry Berlanda (Août 2014)

Mon avis

Jess tient un snack sur la route de Nogales, dans un endroit totalement désertique. Dans son snack, s'arrêtent les routiers qui font régulièrement la route entre Tombstone et Nogalès. Ils y mangent, se réapprovisionnent en carburant ou prennent une pause et un café. Hormis Magg, la vieille indienne qui campe à côté du snack et les crotales, personne n'habite ce coin de terre.

Le gosse, un homme en perdition dans sa vie et dans la tequila, vient régulièrement de Nogales au snack car il est secrètement amoureux de Jess. Elle est belle, blonde et a une voix pleine et profonde de chanteuse noire. Il dort à droite et à gauche et de temps à autre, fait de petits boulots pour un peu d'argent et de la tequila. Son seul ami est Holly. Il a un entrepôt et livre du carburant et des denrées alimentaires dans les villes à travers le désert.


Jess n'a qu'une peur. Elle s'est confiée un soir de blues au gosse. Elle a peur de voir arriver une pontiac noire à travers le désert.

Un jour, une terrible tempête est annoncée et la population de Nogales se cloître chez elle. Dennewich, le patron du cabaret à filles, à la solde de la Mafia, attend son patron Caxman dans son établissement. Celui-ci est à la recherche d'une fille blonde qui chante comme une chanteuse black. Celle-ci l'a défiguré avant de lui dérober de l'argent. Il débarque à Nogales dans une pontiac noire avec ses hommes de main.

Le gosse et Holly se savent que la jeune femme recherchée par les malfrats est Jess et ils veulent la sauver à tout prix en lui sommant de fuir au plus vite.

Mais Jess refuse. Elle est amoureuse de Cooper, un nouveau chauffeur de la Compagnie de trucks locale. Cooper va la protéger des hommes de la pontiac noire.

Le gosse est désespéré. Jess n'est pas pour lui. Comment lui faire comprendre que Cooper ne pourra pas la sauver de Caxman. Mais Caxman est-il réellement la seule menace pour Jess ?
Il faudra lire ce roman pour le savoir.

Tempête sur Nogales est un roman dont l'écriture m'a déstabilisée. L'histoire est racontée à travers la vision du gosse. J'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire car la forme narrative est un peu contemplative. Après quelques pages, j'ai décroché car je me suis ennuyée. Trop de lenteur, trop d'immobilisme dans la narration.

Toutefois, j'ai décidé de laisser une chance à ce livre. Je l'ai repris et je l'ai finalement lu en une matinée. Peut-être que j'ai dépassé cette fois-ci la forme narrative.

En fait, l'histoire est intéressante, intemporelle avec un petit côté polar qui rappelle les vieux films en noir et blanc. Il y a un scénario, de l'atmosphère, des personnages et une histoire qui un peu plus élaborée et plus aboutie aurait pu faire un bon polar, vraiment.

Je me suis laissée embarquer dans l'histoire qu'une fois la forme d'écriture apprivoisée. Tempête sur Nogales est tout en lenteur et suggestion.

En ce qui me concerne, je suis très mitigée. Il m'a manqué ce quelque chose que je ne saurais définir. Je garde un sentiment d'inachevé.

Pourtant Thierry Berlanda était vraiment arrivée à me séduire avec son précédent roman L'insigne du boiteux.

Avec Tempête à Nogales, je suis restée sur ma faim. Dommage.

Merci à l'auteur pour cet envoi.

Infos éditeur 


* Thierry Berlanda

* La Bourdonnaye

* 166 pages

Du même auteur sur ce blog




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression