dimanche 19 octobre 2014

Un diamant gros comme le ritz de Francis Scott Fitzgerald

Mon avis

John Unger et sa famille sont connus à Hadès, ville sur le Mississipi. Leur situation est plutôt brillante, ils participent à la politique locale. John est envoyé poursuivre ses études à Saint-Midas, près de Boston. Il va se faire de nombreux amis, richissimes. L'un d'entre eux l'invite en vacances et lui affirme que son père possède un diamant aussi gros que l'hôtel Ritz-Carlton.

Clique pour lire la suite


Cette nouvelle, bien sympathique, m'a plus plu que L'étrange histoire de Benjamin Button, oeuvre du même auteur. Le récit tourne autour des mêmes thématiques : la richesse et les aboutissements des destinées. Et comme dans cet ouvrage et Gatsby, le milieu dans lequel évolue le protagoniste est celui de la bourgeoisie. Francis Scott Fitzgerald aime écrire sur ce qu'il connaît. Son quotidien semble être une grande source d'inspiration.

J'ai pu constater qu'il existait une certaine familiarité entre Francis, l'auteur, et John, le protagoniste. Tous les deux viennent de patelins et ont été envoyés se faire des relations dans  le beau monde. Après trois récits de cet auteur, j'ai l'impression que Francis Scott Fitzgerald met toujours des petits bouts de sa vie dans ses romans.

L'histoire, sans trop vous en dévoiler puisqu'elle fait une cinquantaine de pages, parle de l’appât du gain. John tombe dans un monde fabuleux et opulent. Et ceux qui y vivent sont prêts à faire tous les sacrifices pour conserver leur monde. Ils plongent dans la cruauté et trompent leur monde tout en restant persuadés de la nécessité et de la générosité de leur démarche. Ainsi, dans le récit, John va rencontrer une fille qui légitime les assassinats et est persuadée d'être une fille pure et bien car n'étant pas pervertie. 

Evidemment, ici on est encore face à une nouvelle purement dans le style de Francis Scott Fitzgerald. Les idées auraient pu être développées, la psychologie approfondie, et la trame plus complexifiée. Francis Scott Fitzgerald tient des histoires solides et non dénuées d'intérêt, mais qui n'ont pas pour vocation à devenir des nouvelles (à mon sens) car elles apportent des réflexions intéressantes.

Le récit est à découvrir. J'ai passé un très bon moment même si je regrette la volonté de l'auteur d'aller directement à l'essentiel et de nous laisser nous débrouiller avec les idées qu'il énonce. J'ai hâte de compléter la découverte de sa bibliographie, même si je regrette qu'il reste dans sa zone de confort : la haute société qu'il connait. Il semble ne pas avoir eu la curiosité de sortir de son quotidien et de se tourner vers les autres.











Du même auteur sur ce blog

 

2 commentaires:

  1. Tu me donnes très envie de le lire, même si je sens que comme toi je vais être frustrée du manque de développement, surtout si les idées sont intéressantes... C'est souvent comme ça avec les textes courts, pour moi...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai aimé Gatsby et Benjamin Button, donc j'ai envie de tenter cette nouvelle !

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression