vendredi 28 novembre 2014

A mains nues de Paola Barbato (octobre 2014)

L'avis d'Ondine

Davide qui vient d'avoir 16 ans, participe avec ses amis à une rave-partie. Venant tous d'un milieu aisé, cette sortie est pour eux la rencontre de l'interdit. On y fume des joints, on boit de l'alcool et on drague les filles.

Alors que Davide s'éloigne un peu de son groupe d'amis, il est enlevé et jeté dans une camionnette. Choqué et en panique totale, il pense que ses ravisseurs l'ont enlevé pour réclamer une rançon à son père notaire de profession. Malheureusement, cet enlèvement a des motivations plus funestes. 



Très vite, il sent qu'il n'est pas tout seul dans l'obscurité du fourgon. Un homme se jette sur lui et commence à le frapper pour le tuer. Davide comprend très vite que s'il ne se défend pas, il meurt. Il tuera son premier homme à mains nues. 

Emprisonné avec d'autres dans une cave d'une usine désaffectée, commence pour lui, l'apprentissage de la violence, du combat à mort pour survivre. Les ravisseurs ne l'ont pas enlevé pour demander une rançon. Il a été enlevé pour se battre avec d'autres individus, séquestrés comme lui. La seule issue de ces combats est de tuer l'adversaire.

Davide arrivera-t-il à survivre dans ce milieu brutal et sauvage ? Comment combat après combat arrivera-t-il à intégrer ces assassinats alors qu'il n'a qu'une option : tuer l'autre pour vivre ? Comment Davide se transforme-t-il petit à petit en un assassin qui finit par maîtriser l'art de tuer à mains nues et qui sait que jamais plus il ne pourra retourner vivre dans son monde d'avant ?

A mains nues de Paola Barbaton est un roman violent, déstabilisant et relativement traumatisant. Je n'ai pas pu le lire d'une traite comme à l'accoutumée. J'ai dû faire des poses. Pas parce que le livre n'est pas intéressant, loin de là. Mais parce qu'il m'a fallu intégrer cette violence qui transpire à travers le récit et qui touche au plus profond le lecteur.

L'histoire est très bien construire. La chute est totalement inattendue. Le lecteur chemine avec les mêmes états d'âme et les mêmes questionnements que Davide. Une histoire stupéfiante et novatrice qui raconte en quelque sorte la formation d'un gladiateur des temps modernes.

A mains nues est un roman dévastateur par ses scènes de violence et en même temps intelligent car il démontre avec une analyse fine l'adaptabilité de l'humain au pire et qui arrive pourtant à se préserver un minima de réflexion et d'affecte. Ce fameux lien indéfectible entre l'otage et le kidnappeur. 

Un livre dont je suis pas sortie indemne. J'en garde un profond sentiment de malaire mais également mitigé car le lecteur s'attache à Davide. Pas de filtre, que du brut avec une chute vertigineuse dans un milieu malsain et obscur.

Pour une fois je ne conseillerais pas ce livre à tout lecteur. Ceux qui se sentent capable de descendre dans l'abîme humaine peuvent le lire car malgré son atmosphère particulière de violence et de noirceur, A mains nues est un très bon roman.

[Paola Barbato / Editions Denoël / 496 pages / Traduction : Anaïs Bokobza]

Merci aux éditions Denoël pour cet envoi!

2 commentaires:

  1. Le dernier polar à m'avoir laissé une impression de descente aux enfers était un titre de Nathalie Hug et Jérôme Camut. Je lis des polars et thrillers depuis longtemps maintenant, et je trouve qu'on finit par s'habituer au simple fait que quelqu'un va être tué dans l'oeuvre que l'on commence, mais pourtant certains auteurs poussent la réflexion et l'atmosphère plus loin que d'autres.

    RépondreSupprimer
  2. J'aime quand un livre me bouscule un peu et j'ai retrouvé cette sensation à la lecture de ce livre !

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression