vendredi 14 novembre 2014

Mauvais genre de Chloé Cruchaudet (septembre 2013)

L'avis de Gaby

Paul et Louise se sont rencontrés avant la Première Guerre mondiale. Le jour de leur mariage, Paul est appelé au front. Ne supportant pas sa vie de soldat, il va déserter. Tournant en rond dans l'appartement de sa femme et choqué des affres de la guerre, il va décider de se travestir pour récupérer sa liberté.



Encore une fois, j'ai entendu vanter les mérites de cette bande-dessinée sans en connaître le résumé. Après l'avoir découverte dans ma médiathèque, elle n'a pas fait long feu entre les mains. Je l'ai dévorée d'une traite.

L'histoire vraie de Paul et Louise est peu commune et véridique. J'ai été happée par le récit, que j'ai trouvé passionnant. Aucun rythme mort, j'ai tourné les pages en voulant à chaque fois connaître la suite.

La narration est dynamique et efficace et le trait du dessin fébrile. On ne peut que faire une révérence à la force de l'amour et la fidélité que déploie Louise pour Paul. Cet ancien combattant, traumatisé par la guerre et anéanti face à la dureté de sa situation, sombre peu à peu dans un monde qui s'avère dangereux pour leur couple mais aussi pour lui. La guerre ne laisse personne indemne.

J'ai également compris la réputation du bois de Boulogne (waow, à ce point?). En fait ce qui m'a quand même surpris au départ c'est la volonté de Paul d'accepter de faire disparaître les traces de sa masculinité, notamment sa barbe, et aussi ce charisme qu'il a pu dégager. Comment a-t-il réussi à berner son monde alors que son faciès n'était pas forcément très féminin? Un mystère. Quoique, à cette époque, les femmes avaient moins de moyens pour préserver leur beauté et travaillaient dans des environnements plus durs. Elles étaient donc plus facilement marquées.
A noter également le passage du défilé de fin de guerre lorsque les dames vont accueillir les héros. Tous les regards se tournent vers des beaux Canadiens sans s'arrêter sur les visages déformés et blessés par les coups et les explosions.

Cette bande-dessinée vaut vraiment le détour car il traite aussi d'une histoire vraie qui semble être restée confidentielle alors qu'elle sort de l'ordinaire. J'imagine que ce n'est pas le genre d'anecdotes qu'on aborde dans les cours d'histoire, mais l'idée de voir cette période avec un autre regard est enrichissant.

[Delcourt / 160 pages]




3 commentaires:

  1. J'en ai beaucoup entendu parler, elle me tente de plus en plus :-)

    RépondreSupprimer
  2. Un beau coup de coeur pour moi ! :)

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression