lundi 22 décembre 2014

La dernière oeuvre de Jean-François Beaujard (novembre 2014)

L'avis d'Ondine

Un artiste connu, Albert Lessange est retrouvé égorgé dans son atelier qui lui sert également de hall d'exposition pour ses oeuvres.

La scène du crime intégrée aux sculptures de verre crées par l'artiste émeut artistiquement Benoît Maughin, Commandant de la section criminelle de Lille, qui a été appelé sur les lieux avec son équipe.

Le coffre-fort du bureau de la victime est ouvert. Peut-être que
l'assassin a volé quelque objet dans le coffre-fort de la victime ce qui pourrait être un mobile ?


Le Commandant Benoît Maughin se pose des questions. Le crime semble avoir été commis par un professionnel. Pas d'empreinte, pas de lutte, pas d'indices exploitables permettant d'orienter l'enquête. Un voisin a bien vu une voiture blanche et un grand homme moustachu avec un sac de sport à l'heure du crime. Ce renseignement reste vague et rien ne permet de privilégier cette piste à une autre.

L'équipe du Commandant Maughin procède aux premières investigations et enquêtes de proximité. La victime a un frère Lionel, professeur à la retraite et expert en civilisation assyrienne qui vit avec son compagnon Patrick Gasquet à Paris. Malheureusement, leur collègue parisien va trouver Lionel Lessange et son compagnon Patick Gasquet également assassinés dans leur appartement parisien. Lionel Lessange a été tué de la même façon que son frère et très certainement par le même meurtrier. Son compagnon a été sauvagement torturé, tué puis mutilé post mortem. Ce mode opératoire rappelle au Commissaire parisien Richard Seymour des affaires non résolues dont l'assassin est surnommé le tueur papillon.

Qui est ce tueur qui mutile sauvagement ses victimes post mortem ? Deux personnalités en une personne ou deux personnes distinctes ? L'enquête va amener l'équipe de Lille à se rendre à Paris pour mener leurs investigations. Mais celle-ci se révélera difficile, complexe et dangereuse.

La dernière oeuvre est un roman policier avec un scénario intéressant et original. Le récit est bien structuré et les personnages sont pour certains truculents et pour d'autres attachants. L'auteur ne se limite pas à raconter une histoire mais aborde ses personnages avec réalisme. Les policiers sont également des hommes comme tout un chacun et à travers le regard compatissant du Commandant
Maughin on y découvre leurs qualités et leurs défauts.

L'auteur Jean-François Beaujard maîtrise à merveille la langue française. Ce roman policier est très bien écrit. Toutefois il m'a manqué tout le long de la lecture de ce polar, du rythme, un peu de "peps" et de spontanéité qui font qu'habituellement, je me laisse embarquer vitesse grand V dans une histoire. L'autre chose qui m'a gênée dans la lecture ce sont les séparations dans les dialogues des personnages. Ceux-ci étaient scindés alors que c'est le même personnage qui parle.

La dernière oeuvre est un roman policier plaisant, avec un bon scénario original, un zeste d'humour ce qui n'est pas désagréable. Ce roman mérite vraiment que l'on s'y arrête. Même si je n'ai pas été subjuguée je reconnais avoir lu une bonne histoire.

[Editions Vérone / 226 pages / 18€]

Merci aux éditions Vérone pour l'envoi du livre.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression