mardi 9 décembre 2014

Les brumes du Caire de Rosie Thomas (octobre 2014)

L'avis de Gaby

Ruby s'enfuit de Londres et se réfugie au Caire, auprès d'Iris, sa grand-mère. Les deux ne se connaissent pas. Ruby débarque avec son passé d'adolescente un peu décalée et perdue, tandis qu'Iris vit dans ses souvenirs. Ancienne médecin, elle a rencontré son grand amour Xan en Egypte. De fil en aiguille, les deux femmes vont donner une seconde vie à cette partie de la vie d'Iris.

Dans ce roman familial, les personnalités de trois générations de femmes se confrontent, avec leurs faiblesses et leurs qualités. Iris, une mère médecin peu attentive et égoïste, sa fille Lesley, en attente d'amour et d'attention qui apprécie la sécurité et vit avec la douleur de ne pas se sentir aimée par sa mère, et Ruby, gamine paumée qui vient de perdre son amour et doit se reconstruire. Les trois ont des attentes silencieuses sans savoir les interpréter.


Ruby, en se rendant auprès de sa grand-mère, voit une seconde vie lui être offerte, mais aussi une immersion dans un Caire des années 40 en revivant l'histoire d'amour de sa grand-mère et dans un plus contemporain en découvrant la sienne. 

Le livre aborde différentes thématiques. L'Egypte et l'Angleterre au temps de la Seconde Guerre mondiale puisqu'Iris était secrétaire et travaillait au Caire au siège de l'armée. La romance puisque chacune va se réapproprier la notion de l'amour à travers ses expérimentations. Le poids de la famille car chacun aura des attentes que tous ne pourront pas satisfaire.

Ce roman est donc riche dans son contenu... mais cela m'a laissé de marbre. Il m'était difficile de rester plonger plus de vingt pages à chacune de mes phases de lecture. J'avais l'impression d'être dans un manège où les émotions alternaient avec la platitude de certains passages. J'aurai préféré que l'auteure nous offre 200 pages de plus et nous propose un récit plus abouti.

Ainsi, Iris vit beaucoup dans ses souvenirs. Cela n'est pas dérangeant mais on comprend bien vite que les nombreux flash-backs demeurent confidentiels et qu'à pratiquement aucun moment cette grand-mère ne partagera ses souvenirs avec Ruby. Cette dernière va donc passer son temps à tenter de communiquer avec elle et la laisser assez vite pour rejoindre son amour, puisque la vieille femme sera régulièrement absente. Il n'y a donc aucun partage. Ce Xan, si important aux yeux d'Iris, va donc rester dans l'ombre. On pourrait croire que c'est la maladie qui cause ce trouble, mais il s'agit simplement de la vieillesse, comme le soulignera un médecin plus tard.

Ensuite, le livre se veut rythmé, puisque tour à tour le narrateur est omniscient ou alors la scène se passe à travers les yeux d'Iris et de Ruby. Un procédé intéressant pour percevoir le décalage des deux mondes mais qui, en réalité, ne sert qu'à constater l'évolution et l'assagissement de Ruby et la fragilité d'Iris.

Enfin, on s'attend forcément à ce que Lesley se libère et reprenne sa liberté ou que Ruby devienne une jeune femme accomplie mais là encore, en fin de récit, les personnages restent au même stade qu'au début de roman.

Des détails qui ont gêné ma lecture et ne m'incitaient pas à avancer. Même les passages historiques ne m'ont pas convaincue. Ils étaient plats et manquaient de cachet pour vraiment nous apprendre des choses, comme si l'auteure n'avait pas réussi à capter l'environnement et ses spécificités. Un sentiment similaire que je ressens pour les personnages qui demeurent assez communs et peu aboutis.

Cependant, ne vous fiez pas à mon seul avis. De nombreuses lectrices ont été envoûtées par ce récit et la plume de l'auteure. C'est ainsi que se clôt mon aventure comme Lectrice Charleston 2014, même si le dernier roman lu n'a pas répondu à mes attentes.

Merci aux éditions Charleston pour cet envoi.

[464 pages / 22,50 € / éditions Charleston]

3 commentaires:

  1. Dommage... J'en garde un bon souvenir!

    RépondreSupprimer
  2. Exactement, j'ai pensé la même chose concernant la transmission des souvenirs d'Iris à Ruby, j'aurais bien aimé qu'il y ait un lien plus fort entre les époques, surtout que Ruby avait une réelle volonté de découvrir la vie de sa grand-mère. J'ai passé un bon moment aussi mais je l'ai trouvé long j'avoue.

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression