dimanche 22 février 2015

Le garçon qui ne parlait pas de Donna Leon (février 2015)





L'avis d'Ondine

Venise glisse doucement dans l'automne. Le commissaire Brunetti est chargé par son supérieur le vice-questeur Patta d'enquêter sur une affaire de pots-de-vin. Elle concerne des infractions commises par la future belle-fille du Maire de Venise qui gère avec un associé un magasin de masques sur le campo San Barnaba. Cette affaire est d'autant plus sensible qu'elle risque d'entacher la prochaine campagne électorale du Maire.

Mais le commissaire Brunetti est également sollicité par Paola, sa femme, pour qu'il enquête sur la mort suspect d'un homme sourd-muet et simple d'esprit. Ils connaissaient cet homme de vue car il travaillait dans l'arrière-boutique du pressing où Paola fait nettoyer leurs vêtements.

Paola a été très affectée par cette mort par overdose de somnifères. Elle se sent coupable de ne jamais s'être réellement intéressée ni avoir aidée cet homme qui semblait n'exister pour personne.

Brunetti se souvient également de cet homme qu'il a croisé durant des années et décide de mener une enquête personnelle. Mais très vite il doit se rendre à l'évidence que Davide Cavanella n'existe pas pour l'administration italienne. Il ne figure dans aucun registre administratif : pas d'état civil, pas d'immatriculation, pas de compte bancaire. Aucune trace de lui et aucun élément justifiant son existence.

Pourtant sa mère Ana Cavanella confirme que l'homme décédé est bien son fils. Elle semble très peu éprouvée par la disparition de son enfant. Elle affirme que tous les documents administratifs et d'identité le concernant ont disparu lors d'un cambriolage. Brunetti est perplexe d'autant plus que le médecin légiste ne peut pas rendre le corps de la victime à sa mère tant que son identité n'a pas été prouvée.

Comme il ne peut obtenir des renseignements sur Davide, Brunetti va mener une enquête sur les personnes de son entourage : sa mère, les responsable du pressing, les gens de son quartier. Ses investigations vont l'orienter vers la famille Lembo, le richissime roi du cuivre.

Mais quels liens y a-t-il entre la famille Lembo, Davide Cavanella et sa mère ? Davide Cavanella a-t-il été tué et pourquoi ? Pour qui cet homme handicapé, inexistant dans la vie de tous, était-il une menace ? Qui est réellement Ana Cavanella et quel est ce secret qu'elle essaie de dissimuler ? Comment un enfant peut-il naître, grandir et devenir un homme sans pouvoir exister au sein de sa communauté ?

Avec L'enfant qui ne parlait pas, Donna Leon nous propose une enquête complexe sur un homme qui a grandi en marge et qui a mené une existence d'isolement pas seulement dû à son handicap mais par le manque de préoccupation, d'un quelconque intérêt ou d'un sentiment de sollicitude envers lui de la part de ses proches.

Au-delà de l'enquête du Commissaire Brunetti, ce nouveau roman de Donna Leon est terriblement humain, profond, touchant et tellement rempli de délicatesse. L'auteure y aborde les réalités de la société vénitienne et surtout italienne : religion, argent, duperie, cupidité, la différence et l'indifférence, etc... sans jugement de valeur mais avec une analyse juste, sans concession et avec tellement d'humanité.

J'ai aimé ce roman. Au-delà de l'histoire toujours aussi bien ficelée, j'y ai trouvé une profondeur et une maturité nouvelle qui m'a profondément touchée.

Je vous le conseille à la lecture car L'enfant qui ne parlait pas est vraiment plus qu'un bon moment de lecture.

[Calmann-Lévy / 21,90 € / 288 pages]

2 commentaires:

Profitons de notre liberté d'expression