lundi 23 février 2015

Youtube, c'est fini





[Attention, ce billet se concentre sur mon expérience et mon ressenti. Chacun vit de façon différente et personnelle. Etant donné que c'est mon blog, je m'étends, ici, sur ma perception.] 

J'ai testé, j'ai avisé. Je vous avais parlé il y a quelques temps que je me lançais sur des chroniques littéraires en vidéo et l'expérience a tourné court. Elle ne fut pas un échec car elle m'a appris à m'exprimer à l'oralité et à relever mes tics de langage, et je pense renouveler l'expérience entre moi et ma caméra. Néanmoins, je ne poursuis pas l'aventure.

Youtube est une plateforme vidéo sur laquelle des centaines de milliers de vidéos sont postées tous les jours, professionnelles et amateurs. De nombreuses joyeuses bandes de copains rendent l'univers dynamique et attrayant. Mais cette facilité de publication m'a amené à m'interroger sur mon contenu.

Il m'est régulièrement difficile de formuler à haute voix mes pensées. Je déteste réduire une idée, ou vulgariser un sujet, faire des raccourcis et un raisonnement paresseux. Je ne suis pas à l'abri de cela.

Face à la caméra, je donnais mes avis spontanément, en me basant sur mon ressenti et quelque fois avec l'appui de mon texte écrit. Et je me suis aperçue que je ne rendais pas justice à l'oeuvre et qu'en plus je pouvais formuler maladroitement des idées que d'autres pouvaient mal interpréter.

Si pour beaucoup, la lecture se concentre sur des fictions jeunesse et adulte, je lis beaucoup de récits de vie qui ne laissent pas place à l'erreur. Ces écrivains sont venus avec leur pensée qu'ils ont pris le temps de coucher par écrit, et les analyser de façon personnelle est dangereux car cela peut revenir à les déformer.

La solution aurait été de travailler le texte de mes vidéos et de vous proposer un contenu professionnel. Mais ce n'est pas mon intention car je ne souhaite pas consacrer autant de temps à ce loisir.

J'ai donc eu le choix : être propagandiste malgré moi en vous recrachant de façon maladroite et simplifiée des idées d'autres personnes et me dire qu'au final je m'en foutais puisque les visionneurs pouvaient toujours aller chercher des infos sur Internet ou être responsable jusqu'au bout de mes écrits.

Je n'ai pas tergiverser plus longtemps. Je ne peux pas me réduire à vous proposer des chroniques de piètre qualité en vidéo. Je n'ai pas le talent d'oratrice, ni l'intelligence pour vous en faire un résumé approprié. Je suis chagrinée car je sais que c'est un média de prédilection pour vous faire découvrir des romans peu connus que j'aime lire. Mais je n'ai pas non plus l'envie d'être une femme sandwich et de vous montrer des choses sans vous expliquer pour quelles raisons investir. Nous sommes assez envahis par la publicité et je râle assez au quotidien pour ne pas devoir être transformée en intermédiaire dans le circuit de vente. De plus, ce n'est pas dans mes habitudes de me pâmer pour une superbe couverture ou d'avoir à redire sur la construction du contenu d'un roman. 

Aussi je reste exclusivement sur ce blog. Même si certains textes ont été copiés sur d'autres plateformes et peuvent me porter préjudice par des propos mal formulés, je sais que j'ai la possibilité de corriger mes fautes d'orthographe et d'apporter des précisions quand certains comprennent mal mes propos. Je ne suis pas journaliste et ce qui est inscrit sur ce blog n'est pas voué à être gravé dans le marbre. Ce blog et son contenu évoluent au fil des temps en fonction de ma disponibilité pour les corriger, sans pour autant qu'ils ne soient garants de ma pensée. Je ne me définis pas par ce blog mais j'ai conscience de la portée de mes textes. Je sais qui les consulte, et ce qu'il advient de mes idées. Chose impossible à suivre en vidéo. Et je me laisse la liberté de modifier tout texte, même un an après, si je m'aperçois que je me suis méprise. La plupart de mes chroniques étant écrites de façon spontanée, il serait suicidaire de m'en interdire toute seule cette possibilité. Comme ma personne, ce blog est sous ma responsabilité et je décide de la voie que je lui donne, en ayant conscience que d'autres y ont accès.

Youtube, c'est fini.

J'aurai pu vous dire que je m'en fiche de ceux que d'autres pensent, que moi au moins j'ai eu le courage de porter ma voix en vidéo. Mais je ne fais pas partie de ces gens-là. Vous pouvez me reprocher mon manque de confiance ou ma faiblesse d'être aussi peu hermétique au regard des autres. Seulement, je ne considère pas cela comme être moins courageuse que d'autres. J'ai toujours pris soin de l'avis des autres. Oui, le regard des gens sur ma personne m'importe, oui, je suis sensible à leur propos et à leur soutien comme à leur critique. Cette fragilité est une force, à mes yeux, car je garde constamment le lien avec d'autres et évite de me concentrer sur mon nombril, selon mon analyse. Ma philosophie n'est peut-être pas la meilleure, je suis certainement très abrupte et très radicale dans mes propos, mais je n'aime pas blesser les gens inutilement. Je ne veux pas blesser un utilisateur de Youtube par des propos mal formulés, ni un auteur pas des paroles. Sur ce blog, si jamais qui que ce soit se sent agressé, je sais que je prendrais soin de corriger et de me remettre en question pour évoluer. Vous ne vous en apercevez pas, mais quand j'ai un doute sur un sujet complexe, j'effectue des recherches à ce sujet. J'essaie d'éviter les erreurs, même si je n'en suis pas à l'abri. Sur Youtube, cela se résume à un enregistrement gravé dans le marbre. Voilà pourquoi je ne veux pas m'exposer plus et donner à Internet la possibilité de fixer des propos aussi légèrement prononcés.

Ce billet n'a pas pour but de critiquer la démarche des autres, car chacun est le propre juge de son parcours. De mon côté, c'est une trop grosse responsabilité à porter comparé au peu de temps que je peux offrir à la communauté. Je préfère délibérément rester en retrait et regarder d'un regard critique ce qu'y font les autres, dont j'admire la plupart car  ils savent me surprendre par leur intelligence et leur talent.

2 commentaires:

  1. Je te comprends totalement mais pour ma part c'est Youtube qui m'a permis de découvrir ton blog et j'en suis bien contente !! bises

    RépondreSupprimer
  2. Cette réserve est tout à votre honneur, chère Gaby. C'est vainement que certains croient qu'on peut parler comme on écrit.

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression