vendredi 24 avril 2015

In cloud we trust, Frédéric Delmeulle (mars 2015)

L'avis de Palpo :

Se retrouver plongé dans les dernières heures de Pompéi, dans le conte de Cendrillon, ou encore dans une ville infestée de zombies... Voilà ce que propose la Siegwart-Warner, ce géant de la RéaliSim, le jeu virtuel grandeur nature.

Oubliez les manettes de console, on ne les trouve plus que dans les musées. Maintenant, vous enfilez un casque de jeu et vous vous évadez à 200 % de votre quotidien morose, en partant à l'aventure dans l'univers de votre choix. Ces parcs à thèmes ont fleuri aux quatre coins du monde. Et dopent l'économie mondiale.

Seulement voilà : les premiers accidents surviennent. Des joueurs sont comme... rayés du scénario. Et même de la carte... Disparus ! Situation de crise au sommet. La psychose gagne le grand public, la fréquentation chute et le groupe, toujours à l'affût du moindre profit, cherche à inverser la tendance... Le monde court-il à sa perte ? Comment expliquer ce phénomène ?

Je ne vais pas vous cacher que l'univers du bouquin me plaisait. Dès la lecture de la quatrième couverture. On est à mi-chemin entre la science-fiction et le thriller, dans un monde complètement geek, où la technologie est poussée à l'extrême. Je plonge !

Après, j'ai eu un peu de mal à me lancer dans le livre. Je ne comprenais pas trop où nous amenait le premier chapitre... Mais il ne faut pas lâcher le bouquin et persévérer. On découvre que l'auteur a en fait multiplié les approches. Tantôt on se retrouve dans le récit d'une partie de jeu, tantôt dans une réunion de crise de la Siegwart, ou encore à lire un article de presse ou de blog.

Bref, on suit l'évolution à travers plusieurs supports. Ce qui est original, il faut le reconnaître. Et plutôt plaisant, comme on découvre une série de petites histoires dans l'histoire, avec l'impression de suivre une enquête. L'imagination de l'auteur a travaillé !

Seule critique : le style un peu compliqué (il aura eu le mérite d'enrichir mon vocabulaire), qui alourdit de temps en temps le récit. Par contre, on suit Frédéric Delmeulle dans les réflexions qu'il sème au fil du livre sur la société de demain et l'emprise de la technologie sur nos vies. On ne repose pas le bouquin, sans se poser ces questions...

Merci aux éditions Mnémos pour l'envoi de ce livre.

[Editions Mnémos / 272 pages / 19 euros]

1 commentaire:

  1. J'aime beaucoup la diversité des supports dans un livre, et l'intrigue me plaît, même si je trouve qu'elle est de plus en plus utilisée.

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression