jeudi 7 mai 2015

Maman a tort de Michel Bussi (avril 2015)


http://www.labibliodegaby.fr/2015/05/maman-tort-de-michel-bussi-avril-2015.html





Marianne Augresse, bientôt quarante ans, célibataire, un réel désir d'enfant, préoccupée par son horloge biologique, est Commandante au Commissariat du Havre. Elle est sur les dents avec son équipe. Timo Soler, un des quatre braqueurs du cambriolage de Deauville en janvier 2015, a refait surface. Deux d'entre eux, un couple, ont été tués par la police et Timo Soler blessé, a disparu dans la nature avec le quatrième comparse. Il serait sorti de sa planque pour faire soigner sa mauvaise blessure par un médecin.

Marianne Augresse veut mettre la main sur Timo Soler et tous les policiers du Commissariat sont mobilisés pour cette chasse à l'homme.

Mais voilà qu'elle est contactée par Vasile Dragonman, un psychologue scolaire que lui a adressé sa meilleures amie, Angélique. Vasile Dragonman est préoccupé par un enfant dont il s'occupe, Malone Moulin âgé de trois ans. L'enfant lui a confié que sa mère n'est pas sa vraie maman. Vasile Dragonman est certain que le petit garçon dit la vérité.

Il sollicite Marianne pour qu'elle mène une enquête sur l'environnement familial de Malone Moulin. Sceptique mais motivée par le charme de Vasile, Marianne finit par se laisser convaincre et demande une enquête de voisinage sur la famille Moulin. Vasile est persuadé que si on tarde trop, l'enfant va perdre ses premiers souvenirs et s'accommoder de ceux de sa nouvelle vie. Malone est un petit garçon intelligent qui passe son temps à parler à Gouti, son doudou et à écouter les histoires que lui raconterait la peluche.

Il se sent en sécurité avec Gouti et sait que sa maman ne l'a pas oublié. Marianne n'imagine pas que ces deux affaires totalement étrangères vont finir par se croiser et que les interrogations de l'une vont trouver les réponses dans l'autre.

"Maman a tort" de Michel BUSSI est un thriller qui semble se mettre en place petit à petit. En réalité, il prendra un élan vertigineux très rapidement. Le lecteur pense suivre un scénario logique et entendu, mais tout n'est que illusions, manipulations et rebondissements inattendus dans la recherche simultanée d'un malfrat blessé et de la vérité sur l'identité et l'histoire du petit Malone.

Aucune longueur, du rythme, une maîtrise parfaite du sujet, des personnages attachants pour certains, sombres pour d'autres, manipulateurs, intelligents, cruels et sans scrupules. Le petit Malone, un petit garçon auquel on s'attache très vite et on espère et souhaite à la fois qu'il retrouve sa vraie maman pour un "the end" heureux.

Mais l'auteur est étonnement bon lui aussi dans la manipulation du lecteur. Il l'entraîne dans son scénario, l'imprégne pour en faire un acteur passif et l'égare régulièrement dans ses convictions. A chaque fois que le mystère semble s'estomper, un nouveau rebondissement remet tout en cause. Michel BUSSI balade son lecteur avec une grande dextérité, beaucoup de finesse et avec art jusqu'à la dernière ligne comme un chat qui joue avec une souris.

Je ne connaissais pas l'auteur pourtant on en parle beaucoup. Pour moi, ce fut une vraie découverte, une très bonne découverte même.

J'ai aimé ce livre. Je ne suis pas arrivée à m'en décrocher. Je me suis laissée piéger par l'histoire de Malone. Elle semblait simple, évidente mais quelle erreur et quelle manipulation de la part de l'auteur. Tout y est bon, le scénario, les personnages, l'intrigue, cette façon d'essayer de comprendre le pourquoi et par quel mécanisme.

Une belle réussite.

Je conseille ce livre à tous ceux qui aiment les bons thrillers car "Maman a tort" est plus que prometteur dans son genre. En ce qui me concerne, je pense lire d'autres romans de Michel Bussi.

[512 pages / Presses de la cité / 21.50 €]


Merci à Babelio et aux presses de la cité pour cet envoi

2 commentaires:

  1. J'ai très envie de découvrir l'auteur !

    RépondreSupprimer
  2. Tente la lecture. Moi-même je ne connaissais pas l'auteur avant d'avoir lu ce livre. J'envisage d'en lire d'autres de lui.
    bonne lecture
    Ondine

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression