mercredi 22 juillet 2015

A l’abri du sirocco de Domenico Campana (mai 2008)




L'avis d'Ondine


Rosalia et Vincenzo vivent dans les quartiers populaires de Palerme. Un jour, le jeune couple reçoit un courrier d’un notaire qui les informe qu’ils viennent d’hériter du palais du Prince d’Acquafurata. Ce dernier est décédé récemment et n’aurait pas d’héritier. Rosalia et Vincenzo ne comprennent pas pourquoi ils sont les héritiers car ils ne connaissaient pas le Prince d’Acquafurata ni personne d’autre dans l’aristocratie sicilienne.

Pour qu’ils puissent prendre possession du palais, Rosalia et Vincenzo ne peuvent ni vendre ni louer le palais. Ils doivent l’habiter en permanence et ils en seront définitivement propriétaires après trente ans. Ils devront également garder à leur service Salvatore, le vieux serviteur du Prince.

C’est ainsi que le jeune couple s’installe au Palais. Mais les choses ne vont pas être simples car aucun des deux ne se trouvent réellement à sa place dans ce nouvel environnement où les règles de vie sont à mille lieux de leurs habitudes. De plus, Rosalia a peur de Salvatore qu’elle trouve non seulement étrange mais mesquin, effronté et aux propos suggestifs.

Comment-va-t-elle pouvoir s’adapter à un tel environnement ? Arrivera-t-elle à trouver ses repères dans ce palais ? Que restera-t-il de sa vie d’avant ?

A l’abri du sirocco est un roman court de 125 pages. Domenico Campana aborde avec cette histoire singulière, deux mondes totalement contraires où la manipulation est le moteur. Il y raconte avec un grand talent, la rencontre de ces deux mondes que tout oppose mais qui finissent par se confronter, se combattre pour avoir le pouvoir sur l’autre avec comme toile de fond une histoire d’amour surprenante, sauvage, de domination et de possession.

Un livre qui parle sans concession de l’être humain qui finalement s’adapte aux situations par la force des choses.

A découvrir vraiment car c’est un roman réellement surprenant avec une chute totalement inattendue.

[128 pages / Liana Levi / 7 €]

1 commentaire:

Profitons de notre liberté d'expression