vendredi 17 juillet 2015

Le passeur de Lois Lowry (octobre 2011)





L'avis de Gaby


Beaucoup de blogueurs en disaient du bien, un film a par ailleurs été adapté du récit. Je me devais de compléter ma culture générale, d'autant qu'il était présenté souvent comme un roman d'anticipation presque égal à 1984 de George Orwell -quand même !

Jonas est un gamin de 12 ans qui vit dans un monde contrôlé et apaisé, voire aseptisé. Les gens n'ont pas de coup de sang, ne sont pas haineux, ils vivent paisible et sans emballements, dans une certaine indifférence, voire un manque de curiosité vis à vis des états d'âmes des autres humains. Les gens ne meurent pas mais sont "élargis". Jonas doit participer à une cérémonie où il se verra attribuer sa future fonction dans la communauté. 

Récit intéressant et assez addictif, au point qu'il devient difficile de le lâcher, Le passeur nous interroge sur ce monde considéré comme idéal où les conflits n'existeraient pas et dans lequel les responsabilités seraient uniquement portées par ceux qui en auraient la fonction. Tous ayant leurs besoins nourris, ils n'ont pas la curiosité de pousser leurs interrogations sur le monde et leurs rapports aux autres. Quant à ceux qui ne s'adapteraient pas, on leur promet un monde meilleur en les élargissant, c'est à dire en leur rendant une liberté espérée.

Jonas est un garçon éveillé et différent dont la préoccupation est cette cérémonie. N'ayant pas de penchant particulier, malgré quelques stages en immersion au sein de plusieurs secteurs d'activités, il se sent en décalage même parmi ses amis. Sa famille est aimante mais le contraint à jouer un rôle. Il se sent à l'étroit sans savoir pourquoi.

Je n'irai pas plus loin sur le contenu de ce récit qui mérite d'être découvert avec vos yeux. Pour ma part, j'y ai vu de très belles qualités pour une histoire considérée comme l'une des premières dystopies rédigées. Rédigé de façon dynamique et classique, Le passeur ne brille pas par un style particulier mais par son efficacité. L'auteur arrive à poser son univers et à susciter les interrogations.

Si ce volume peut vous contenter, sachez qu'il existe une suite, que je n'ai pas encore lu. Je suis un peu restée sur ma faim lors du dernier chapitre et compte bien me procurer le second volume. 

Un ouvrage dit jeunesse que je vous invite à lire chaudement. 


[221 pages / L'école des loisirs / 8,00 €]


14 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout ! Ta chronique me donne envie de le découvrir surtout s'il est comparé à 1984, la perle des romans d'anticipation !

    RépondreSupprimer
  2. Il faudrait que je le relise, c'est un vieux souvenir de lecture de Collège. (du CDI, pas lecture scolaire obligatoire :) )

    RépondreSupprimer
  3. Je l'ai lu il y a pratiquement deux ans (ou peut-être plus, le temps passe si vite) et j'avais beaucoup aimé. Je n'ai toujours pas lu la suite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement, les tomes sont indépendants. On devrait s'organiser une LC dans les prochains mois

      Supprimer
  4. Un très beau souvenir de lecture pour moi <3

    RépondreSupprimer
  5. C'est surtout dans les tomes et qu'on voit ce que deviennent Jonah et le bébé. En fait les suites n'en sont pas vraiment puisqu'elles se concentrent sur d'autres personnages. Le 2 est génial, le 4 aussi (surtout la fin), mais le 3 ne m'a pas du tout plu.
    Mais dans l'ensemble, cette série est super.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton retour. J'essaierai de les lire dans les prochains mois. En espérant que Jonah s'en tire !

      Supprimer
  6. J'ai adoré ce roman. J'ai lu l'élue qui est le 2 (si je ne me trompe pas) mais qui livre une histoire très différente. J'ai moins aimé. Je trouve que ça fait plus conte que science-fiction. Après avoir lu les résumés j'ai bien envie de passer directement au tome 4. Le 3 ne me tente pas trop.

    Merci pour ton billet et bonne lecture si tu décides de lire la suite

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour j'ai vraiment adoré votre article. Par contre je ne trouve pas énormément de parallèle avec notre société. En avez-vous trouvé en lisant le livre ?

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression