mercredi 19 août 2015

Jane Eyre de Charlotte Brontë (octobre 2009)




L'avis de Gaby

J'en entendais parler depuis si longtemps que j'en suis enfin venue à me convaincre de le sortir de ma pile de romans non lus. Ce classique tant apprécié était à mes yeux une valeur sûre. Même si le résumé ne m'emballait pas plus que cela, il y avait peu de chance d'être déçue. Et pourtant...

Jane Eyre est une orpheline confiée à sa tante et son oncle. Ce dernier décède, la laissant aux mains de sa femme qui ne se sent nullement concernée par la demoiselle. Elle n'a pas demandé à l'avoir à sa botte. Ses cousines et son cousin se chargeront d'ailleurs de lui faire payer cet affront. Mal aimée, Jane Eyre, petit rat de bibliothèque, est alors envoyée dans une pension où elle apprendra la mesure et à être une bonne gouvernante. Viendra un jour où le destin la mènera dans le domaine de John Rochester.

La trame de l'histoire est assez classique puisqu'on suit ici une élève modeste que tout le monde trouve assez moche et qui succombera aux foudres de l'amour. Le genre d'histoire qui me laisse assez froide, même si de précédentes tentatives m'ont quand même bien surprise comme ce fut le cas pour Orgueil et préjugés de Jane Austen. Autant vous dire qu'on est quand même bien loin du chef d'oeuvre.

Je n'ai tout d'abord pas accroché au style que j'ai trouvé assez maladroit et quelconque. Je ne sais pas si une autre façon d'écrire aurait de toute façon pu sauver ce roman dont l'histoire m'a laissé de marbre. Il faut dire que les événements demeurent assez prévisibles et entendus. Ainsi Jane Eyre croisera la route de deux hommes qui seront forcément les deux seuls prétendants possibles. On est face à un univers assez fermé qui nous laisse donc peu de place à l'évasion. Charlotte Brontë se concentre sur l'histoire sans amener quelques distractions qui auraient pu l'enrichir.

Ensuite, Jane Eyre n'est pas bête. Si les échanges sont assez piquants, il manque une certaine pointe de malice notamment entre elle et Rochester. Ce n'est pas mièvre entre eux, mais on s'ennuie beaucoup. Les deux semblent s'analyser et projeter leur certitudes sur l'autre sans en tenir compte. Rochester est assez tourné vers son nombril d'ailleurs, et semble vouloir façonner Jane Eyre à sa sauce.

L'un des passages qui a, au final, retenu mon attention est celui avec son cousin missionnaire. L'homme qui ne se voit qu'à travers sa mission et propose à la jeune femme de l'épouser pour s'en servir comme un outil dans sa quête d'éveil spirituel. Autant dire que la demoiselle n'a pas été entourée par les prétendants les plus intéressants. Je ne suis même pas surprise par la fin du récit.

Bref, un classique qui ne m'a pas convaincu. J'avais déjà eu une autre déception du même genre avec Vipère au poing d'Hervé Bazin. Mais pour le coup, cette dernière lecture m'a pas mal refroidi dans mon désir de découvrir les classiques. Pour être honnête, ce roman ne m'a absolument rien apporté, et je déteste cette impression. Peu amatrice de romance, je suis un peu lassée de toujours replonger dans la même trame à chacune de mes lectures. Le livre de sa soeur attendra donc encore un certain temps dans ma bibliothèque.

[736 pages / Pocket / 5,60 €]

8 commentaires:

  1. Je ne sais pas pourquoi mais Jane Eyre me fait envie depuis un bout de temps, alors que le résumé n'est pas extraordinaire. Je n'en avais entendu que du bien donc je me disais que peut-être je me réconcilierais avec la romance ! Mais du coup, j'ai un peu peur suite à ta chronique haha. M'enfin, c'est en tout cas très intéressant d'avoir un avis divergeant des autres. ^^

    RépondreSupprimer
  2. C'est MON livre fétiche. Alors autant dire que je ne suis pas du tout d'accord avec toi, hein :) J'ai aimé la plume de Charlotte Brontë, la retenue de Jane, son obstination à trouver le bonheur malgré les embuches successives qu'elle trouve sur son chemin.

    As-tu lu d'autres romans des soeurs Brontë ?

    RépondreSupprimer
  3. Aouche! je sais ce que cela fait de ne pas aimer, d'être déçue d'un classique, que tout le monde appelle chef d’œuvre (moi c'était avec l'attrape cœurs) alors comme on dit : chacun ses gouts. En tout cas, cela reste un livre que j'ai envie de lire pour me faire ma propre opinion sur l’œuvre de cette sœur Bronte. Penses tu que la traduction puisse aussi être à l'origine de ta déception?

    RépondreSupprimer
  4. Coucou Gaby ! Tu sais comme j'adore les classiques et pourtant comme toi je n'ai pas du tout aimé Jane Eyre. Je lui fais les mêmes reproches que toi. Tout ça pour dire qu'il ne faut pas que ça te dégoûte des classiques. Tu peux lire "Les hauts de Hurle-Vent" de sa soeur Emilie ( si ce n'est pas déjà fait), ça n'a rien à voir, ni dans le style, ni dans le sujet, ni dans les personnages et l'atmosphère. Bon je reconnais qu'un des personnages est particulièrement agaçant mais sinon ce roman est mille fois plus réussi et abouti que le "Jane Eyre" de Charlotte.

    RépondreSupprimer
  5. Oh mince! Je viens de l'acheter pour tenter l'aventure... Affaire à suivre! Mais je pense en effet que tu peux lancer dans Les Hauts... sans crainte.

    RépondreSupprimer
  6. Ah c'est dommage que ce livre ne t'ait pas convaincu !

    RépondreSupprimer
  7. Dommage... Essaie quand même Les Hauts de Hurle-Vent, je suis en train de le lire et je le préfère, même si j'ai beaucoup aimé celui-ci ^^

    RépondreSupprimer
  8. Ahhhh! Comme je suis d'un autre avis! Je l'ai tellement aimé ce livre une fois fini! Je ne dis pas que ce fut simple... Très long et très poussif il m'a tout de même laissé un très bon souvenir et j'ai réellement adoré le dernier film qu'ils ont adapté! Je suis assez fan des soeurs Brönte. Je dois me remettre dans les Hauts de Hurle-vent mais il me fatigue donc je n'y arrive pas franchement... Après j'ai réellement adoré le roman d'Anne Brönte La dame du manoir de Wildfell Hall

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression