mardi 18 août 2015

Joseph Carey Merrick, l'homme éléphant de Serge Perrotin et Denis Van Pottelberghe (mai 2013)



L'avis de Gaby

Cette biographie m'intriguait depuis un certain temps. Ainsi, lorsque j'ai vu qu'elle était disponible en lecture gratuite sur Youboox, je ne me suis pas privée. Un matin, avant d'aller travailler, je l'ai dévorée. Mal m'en a pris, cette bande dessinée raconte la vie tragique d'Elephant Man, l'homme qui a vu évoluer tout au long de sa vie son corps. Et on peut dire qu'elle produit son petit effet.

Joseph Carey Merrick est le premier nouveau né d'un couple qui a eu la chance de s'épouser par amour. Bien qu'ils mettent au monde deux autres enfants, les parents ne se remettront jamais de la maladie de Joseph, qui deviendra d'année en année de plus en plus laid. Si leur coeur de parents aurait pu remédier à ce problème en acceptant l'incident, ce n'était pas le cas de l'entourage proche et éloigné qui prit rapidement le gamin en grippe. Battu, maltraité, relégué au rang des moins que rien, Joseph en bave. Et de fil en aiguille, sa famille lui fera payer sa rancoeur.

Bien que cela n'ait rien à voir, cette lecture m'a fait penser à un fait divers sordide paru dans la presse. Une mère a été condamnée pour avoir assassiné ses nouveaux-nés, à la barbe de son mari. En lisant les différents articles de presse et en regardant son physique, on comprenait vite qu'elle en avait bavé. Si le crime n'est pas excusable, il est tout aussi horrible de s'apercevoir que des personnes peuvent vivre toute leur vie sans amour. La vie n'est pas juste. Joseph aussi vécu sans jamais connaître l'amour et malmené par tous. Il finira par devenir un phénomène de foire, et mourra seul.

Cette bande dessinée biographique est donc une belle réussite car elle touche le lecteur tout en lui donnant des clés de compréhension. Joseph subit le destin et tente d'y faire face même si son physique lui pèse de plus en plus chaque jour.

Les dessins sont sans fioriture, les tons sont sombres et assez secs, le tracé est incertain et ce style assez neutre nous permet de ne pas être distrait par des détails insignifiants. Comme si le dessinateur voulait laisser la part belle au récit.

Une biographie illustrée qui vous nourrira autant qu'un livre de 300 pages.

[72 pages / Sandawe / 16,95 €]

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression