mercredi 26 août 2015

La déesse des petites victoires de Yannick Grannec (janvier 2014)




L'avis de Gaby

Hajar et Anouchka, deux blogueuses, ont longtemps vanté les mérites de ce livre qui aborde la philosophie, les mathématiques et le récit d'une femme. Ayant du temps devant moi et le fébrile désir de le découvrir, j'en ai profité pour me plonger dans cette lecture riche de promesses.

En 1980, Anna Roth, une jeune documentaliste d'une vingtaine d'année, se voit charger de récupérer les travaux de Kurt Gödel, un mathématicien décédé. La tâche n'est pas aisée : seule Adèle, sa femme, sait où se trouvent ces précieux documents. Seulement, elle n'est pas facile et vit en maison de retraite. Voilà que démarre une opération séduction et une plongée dans le passé de la ronchonne madame.

La vie de ces deux femmes, aux tempéraments bien différents, s'entrecroiseront au fil des chapitres, le passé laissant la place au présent. Plus Anna découvrira le quotidien d'Adèle, et plus elle comprendra qu'un destin similaire l'attendra peut-être. Car il est bien question ici de destins de femmes. En apparence forte, elles sont pourtant vouées à leur amour, prêtes à faire des sacrifices pour l'autre.

Cette passion amoureuse sera d'ailleurs la blessure d'Adèle. Elle se dévouera corps et âme à son mari, attendant de lui un geste, un regard. On en viendra même à se demander quelle raison la pousse autant à se négliger au profit d'un homme qui peu à peu s'enfermera dans ses manies et sa bulle, devenant parano et épaulé par un proche d'intimes solides qui ne souhaite pas le laisser plonger. Peut-être cela le vrai amour? La générosité et le don de soi que seule une personne au coeur pris peut comprendre.

On découvrira aussi la montée du nazisme en Autriche et la fuite des cerveaux vers les Etats-Unis. Quand le quotidien est déjà instable et qu'il faut, de surcroît, se créer un avenir dans une terre loin de sa famille et de ses amis.

Yannick Grannec enrichit le livre avec des interactions qu'auraient pu avoir Adèle et Kurt avec les "grands" du début du XXe siècle. Tel qu'Einstein. J'ai énormément appris sur lui. Bon vivant, rigolard, amoureux des femmes bien que célibataire endurcit. 

Et puis il y a Anna qui vit il y a vingt ans de cela et qui pourtant semble si proche d'Adèle.

Un livre qui percute par le sacrifice d'Adèle qui confirme que derrière de grands hommes il y a aussi de grandes femmes. Un roman qui passionne avec ses débats philosophiques et ses explications mathématiques de haute volée qui donnent envie de replonger dans ses cours de mathématiques.

Une très belle lecture que je vous recommande chaudement. Même si l'amour d'Adèle pour Kurt continuera de rester à mes yeux un véritable mystère... Ajoutons que la plume de Yannick Grannec est tout simplement magnifique : elle s'est appliquée à l'écriture et on ressent cette qualité tout au long du livre.

[538 pages / Pocket / 8,10 €]

1 commentaire:

  1. cela fait depuis tellement de temps que ce livre est dans ma PAL!!! en fait je sais que cela va être un coup de cœur donc je ne me presse pas; mais je vais essayer de le sortir de ma pal pour 2015... Tu m'en donnes l'envie en tout cas :)

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression