dimanche 16 août 2015

Ombres sombres (tome 1) de Petruccio Dall'Ava (mars 2015)




L'avis d'Ondine


Paul est un jeune adolescent de 13 ans. Issu d’une famille d’origine italienne qui vit dans la région parisienne, il est un jeune homme intelligent, curieux de tout, qui s’instruit beaucoup en lisant des livres aux sujets inhabituels pour un jeune de son âge. Il est en quelque sorte ce que l’on considère habituellement l’intellectuel de la classe ou le premier de classe. Celui qui n’a aucun problème scolaire mais qui est toujours décalé avec les préoccupations habituelles de ses petits camarades de classe.

Mais Paul n’est pas malheureux dans son quotidien. Il s’est fait un ami Marc qui le considère comme son frère et grâce à Sophie, la sœur un peu plus âgée de celui-ci, il connaît sa première et grande histoire d’amour. Il se nourrit de cette histoire avec laquelle il vit ses premiers émois et ses premières expériences amoureuses pour se ressourcer et grandir moralement et intellectuellement et surtout se sentir invulnérable.

Pourtant sa vie va prendre un autre tournant. Lors d’une nouvelle rentrée de classe, sa classe accueille un nouvel élève Michel Martie, un garçon brutal, bête et méchant à la fois, sans aucune finesse ni intelligence et qui s’impose aux autres par sa domination brutale. 

C’est ainsi que Paul sera harcelé par ce nouveau par des sobriquets tel que Marcello et autres, termes dans lesquels le racisme primaire transparaît de suite. Mais Paul fera avec. Il pense qu’en ignorant ces écarts de comportement et de langage, il arrivera à éviter toute problématique et confrontation physique avec ce Michel et préserver ainsi son univers et son jardin secret. Malheureusement les choses ne vont pas s’arrêter là. D’autres élèves vont adhérer au comportement cruel de Michel et il finira par avoir une petite bande de copains qui stupidement béats vont suivre ce petit meneur dans ses exactions.

Pour Paul commence alors un quotidien scolaire angoissant, terrifiant et cruel.

Arrivera-t-il à sortir de ce piège infernal dans lequel il s’est laissé emprisonner en se laissant insulter, dépersonnaliser, terroriser et brutaliser avec une cruauté sans nom qui va crescendo.

Quelle sera la limite jusqu’à laquelle Paul se laissera persécuter sans rien dire à ses proches et sans dénoncer ses tortionnaires ? Faudra-t-il qu’il soit en danger de mort pour qu’enfin il réagisse et arrive à dénoncer son enfer de vie ?

« Ombres sombres » est un roman qui aborde un quotidien scolaire qui pour certains élèves est une expérience dramatique. Le livre nous parle des années scolaires de 1976. Mais en réalité, il est certain
que ce genre de choses existent encore de nos jours et doit être encore plus d’actualité car l’ampleur de telles malveillances et harcèlements sont amplifiés avec le nouvel outil qu’est internet. Le sujet de ce roman est tristement toujours contemporain et le restera tant que les élèves victimes seront ainsi isolés dans leur mutisme de peur de parler et de se défendre jusqu‘au point de non retour.

Ce roman aborde le sujet de la violence scolaire en relatant le quotidien et le vécu rapportés par une victime ce qui fait qu’il est d’autant plus poignant et touchant à la fois.

Il prend la forme d’un journal tenu par Paul la victime, âgé de 15 ans, qui raconte avec tellement de réalisme cette expérience de harcèlement en milieu scolaire sur une période de sa vie de 13 à 15 ans. Le lecteur se trouve totalement dépourvu devant autant de cruauté et de méchanceté au point de presque en oublier que ces actes sont commis par des enfants. 

Découvrez ce roman perturbant, original, intelligent, déstabilisant et tellement terrifiant de cruauté.

Le seul bémol que j’aurais est que je ne pense pas que le personnage principal puisse avoir à 15 ans autant de maturité de vie et de recul pour avoir une telle propension d’analyse des évènements.

Malgré cela les réflexions menées sont appropriées. Ce livre est étonnant et m’a bouleversé.

[537 pages / Verone éditions / 26 €]

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression