jeudi 6 août 2015

Querelle autour d’un petit cochon italianissime à San Salvario d'Amara Lakhous (octobre 2014)





L'avis d'Ondine

Enzo Laganà d’origine calabraise, réside à Turin dans le quartier populaire de San Salvario et travaille comme journaliste pour un journal local turinois.

Alors qu’il passe quelques jours à Marseille avec une de ses dernières conquêtes, Maritani son rédacteur en chef le charge d’enquêter sur l’assassinat de quatre Albanais commis à Turin. Mais voilà Enzo Laganà est pris au piège. Il est parti à Marseille sans prévenir personne et se retrouve dans une situation délicate. Aussi et afin de sauver la mise, il commence à bidouiller les informations et a créé des sources anonymes qui alimentent le contenu de son enquête journalistique. Il se retrouve très vite prisonnier de ses allégations mensongères et doit à tout prix arriver à s’en sortir sans trop de dégâts.

Par ailleurs le petit cochon de Joseph, son ami et voisin africain, a été filmé en train de déambuler dans la mosquée. Le quartier est en émoi. Les responsables musulmans, les nationalistes et identitaires italiens, les membres de l’association de protection des animaux, Joseph lui-même s’affrontent sur le devenir du petit cochon. 

Enzo Laganà qui a la réputation d’être tolérant et d’avoir du bon sens est chargé de servir de médiateur dans cette affaire afin qu’un solution acceptable par tous soit trouvée.

Querelle autour d’un petit cochon italianissime à San Salvario est un petit bijou de roman. Il dépeint à travers Enzo Laganà la société italienne contemporaine. Toutefois, si on occulte les spécificités italiennes : la Mama, la Mafia, la recherche du scoop pour grimper les échelons de la notoriété au plus vite, etc… on pourrait retrouver très certainement les mêmes dérives dans d’autres pays et communautés. 

Ce livre de 195 pages se lit vite, fait sourire, semble au premier abord léger, humoristique et quelque peu burlesque dans sa façon de raconter les travers de la société italienne. Mais en fait derrière cet humour permanent se profile à chaque page les réalités des travers et excès de notre société contemporaine. L’auteur Amara Lakhous y aborde avec une finesse et beaucoup de réalisme les problèmes de l’information et de sa manipulation, les étrangers et leur intégration tout n’omettant pas de rappeler que pour l’Italie du Nord cela avait déjà été très compliqué d’intégrer leurs compatriotes de l’Italie du Sud, la famille dont un des éléments essentiels : la Mama, la Mafia et son rôle prédominant dans toutes les couches sociale, politique et économique.

Un roman qui sous une forme de légèreté trompeuse qui le rend d’ailleurs très agréable à lire, reste d’un réalisme étonnant. 

J’ai pris un réel plaisir à la lecture de ce roman d’autant plus qu’il pose un regard sans concession sur la société dans laquelle nous vivons. Au-delà du bon roman, il y transparaît un réel travail d’investigation et de recherches journalistiques qui permettent à l’auteur de décrire sans filtre et avec justesse incroyable cette société bigarrée qui est gangrenée de façon quasi irrémédiable.

Un très bon roman, une belle découverte en ce qui me concerne, un livre écrit avec beaucoup d’intelligence et de maîtrise, une « commedia dell' arte » réussie qui ne se trompe aucunement dans sa photographie de notre société actuelle.

A lire sans modération ou à découvrir avec bonheur comme cela fut mon cas. Un excellent roman qui souligne une nouvelle fois la créativité et la richesse des auteurs contemporains de la littérature italienne actuelle.

[194 pages / Actes sud / 20 €]

1 commentaire:

  1. Oh oh, tu m'as donné très envie de découvrir ce roman ! L'Italie est un pays qui me fascine et tes arguments ont fait mouche. Merci pour cette découverte originale et bigrement séduisante :)

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression