vendredi 7 août 2015

Thèse sur un homicide de Diego Paszkowski (mars 2015)




L'avis d'Ondine


Paul Besançon est le fils unique d’un diplomate français. C’est un garçon taciturne, discret, très intelligent qui a fait des études de droit niveau excellence dans une université parisienne. Pourtant il semble vivre en marge de la société depuis son plus jeune âge au point de faire peur aux personnes qu’il côtoie. Il est froid, hautain, distant avec un petit quelque chose de glacial et d‘inquiétant. De plus il fait une sorte de fixation sur une actrice Juliette Lewis, son idéal féminin. Il collectionne tous ses films et conserve tous les articles et interviews la concernant.

A l’issue de ses études, son père lui offre la possibilité de se rendre durant huit semaines en Argentine à Buenos-Aires pour suivre un séminaire de spécialisation en droit pénal programmé sur huit cours.
C’est un de ses amis, le Professeur Roberto F. Bermudez qui dirige ce séminaire. Il est très réputé comme professeur de Droit pénal et reconnu dans sa spécialité en Argentine et dans toute  l’Amérique. Un homme juste qui croit profondément dans les valeurs de la Justice. Paul Besançon interpelle le Professeur Roberto F. Bermudez par ses questions pointues et dérangeantes.

Est-ce que le jeune homme envisage de commettre un meurtre pour lequel il ne serait pas puni en utilisant les procédures et les textes de loi ? Le Professeur Roberto F. Bermudez commence à avoir des doutes. Ceux-ci se confirment à la découverte du corps d’une jeune femme qui a été sauvagement tuée et mutilée. Son corps a été déposé sous les fenêtres de la salle de cours du Professeur Bermudez à la faculté de Droit.

Le professeur Bermudez ne peut accepter que ce crime reste impuni. Commence alors pour lui une enquête car il veut prouver la culpabilité du jeune homme.

Y arrivera-t-il ? Les textes de lois existants lui permettront-t-ils de faire arrêter et punir le jeune homme ? L’adversaire est coriace et très malin. Il faudra lire cet excellent huit-clos pour le savoir.

Thèse sur un homicide est un roman particulier et à la fois très étonnant. L’auteur Diego Laskowski y fait s’affronter l’utilisation perverse des textes de lois pour prouver qu’un crime peut rester impuni si on se limite à appliquer uniquement la Justice et ses règles.

Une analyse très intéressante et une démonstration sans appel. Deux êtres intelligents s’affrontent pour prouver l’un à l’autre sa façon d’interpréter les textes juridiques, l’un avec son esprit malsain et tortueux jusqu’à commettre un crime pour asseoir sa thèse et l’autre qui voue un respect profond aux Droit Pénal jusqu’à contourner la réalité des faits pour faire appliquer la Justice.

Une approche très innovante qui souligne à quel point la frontière entre le bien et le mal est si ténue et si fragile.

A lire et à découvrir. Une autre façon quelque peu surprenante d’aborder le genre littéraire que sont les livres policiers.

(sélectionné pour le prix du meilleur polar des lecteurs de Points 2015).

[192 pages / Points / 6,40 €]

3 commentaires:

  1. Brrr... Le thème me fait froid dans le dos, surtout qu'il a quelque chose d'effroyablement réaliste, mais ta chronique donne envie de s'intéresser au livre.
    ça me rappelle d'autres lectures que j'avais trouvées dérangeantes sur un plan moral bien que très bien écrites, par Nathalie Hug et Jérôme Camut (W3tome 1 : le Sourire des Pendus ; et une autre série cette fois-ci en quatre tomes dont je n'ai lu que trois, les quatrième n'étant pas encore sorti alors - "Prédation", "Instinct", et un autre)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ton avis d'autant plus que je viens de m'acheter "le sourire des pendus de Jérôme Camut et Nathalie Hug. Je ne connais absolument pas les auteurs mais du coup je pense que je vais le lire prochainement.
    A bientôt
    Ondine

    RépondreSupprimer
  3. Je n'avais jamais entendu parler de ce livre et je suis heureuse de découvrir son existence. Je trouve l'idée d'étudier la loi pour ensuite la retourner complètement grisante !

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression