samedi 3 octobre 2015

Le journal de L. de Karine Carville (mars 2015)



L'avis d'Ondine


Léanne est une jeune architecte qui travaille pour le Cabinet d’architecture « Thirot et associés ». Elle est belle, autonome, compétente et vit dans une grande maison. Bref une vie réussie à première vue. Léanne a pourtant une pratique inhabituelle et qui peut faire sourire certains et paraître angoissante pour d’autres. Elle écrit tout ce qu’elle fait dans sa journée dans une sorte de carnet de bord. Ce journal ne la quitte jamais. Elle écrit dans le bus, au bureau, à la maison.

Son travail lui plaît. Elle a un poste important. Elle a une collègue Manuella qui est son amie, un collègue Martineau qu’elle déteste particulièrement car elle le soupçonne de malversations.

Elle est très liée à son ami d’enfance Charles qui est également le frère de son patron. Pourtant Léanne est très secrète et ne partage jamais ses moments de vie personnelle avec qui que ce soit.

Elle se lit avec Etienne, un homme séduisant qu’elle rencontre dans le bus et qui lui plait bien mais est consciente qu’elle s’attache un peu trop à Charles. Un vrai dilemme.

Mais qui est vraiment Léanne ? Quel secret cache cette jeune femme qui a réussi dans sa vie, qui ne se remet pas de la mort accidentelle de son père et de sa sœur, qui essaie d’être présente pour sa mère très esseulée depuis son AVC et qui de façon obsessionnelle retranscrit les événements de ses journées dans son journal ? Pourquoi semble-t-elle être à double facette.

Il faudra lire ce surprenant roman pour le savoir.

Le journal de L. est plus qu’un très bon roman. Il se présente comme un journal mais en réalité on oublie très vite cette forme narrative. Le lecteur est très vite intéressé par cette jeune Léanne. Il semble que ce soit une histoire simple d’une jeune femme quelque peu mystérieuse, fragile sans l’être réellement qui nous raconte sa vie, celle de son travail, ses rencontres, des moments de vie quotidienne et sociale où le relationnel avec les gens se limitent au milieu du travail.

On sent toutefois chez Léanne un besoin constant de se protéger d’un danger imminent. Sa maison est une petite forteresse avec alarme. Elle n’invite personne chez elle et est en permanence sur ses gardes.

L’auteure Karine Carville entraîne son lecteur très vite dans une histoire surprenante, angoissante et l’y emprisonne telle une araignée qui tisse sa toile. Une romancière machiavélique qui fait monter la
tension au fils des pages et qui transforme le tout en un roman à suspens. Des rebondissements, du suspens, de la noirceur, de la manipulation et ceci jusqu’à la chute de l’histoire.

Un très bon roman à suspens qui passe d’une atmosphère tiède à quelque chose d’oppressant et de terrifiant à la fois. Une histoire assez diabolique il faut le reconnaître. J’ai aimé cette façon de raconter qui est une réussite. Une auteure que je ne connaissais pas mais qui a un réel potentiel dans le genre suspens.

Une très belle découverte pour moi. J’ai adoré cette façon qu’a eu l’auteure Karine Carville de me manipuler pour m’emmener dans une histoire sombre et totalement inattendue.
A découvrir vraiment car c’est plus qu’un très bon moment de lecture.

[270 pages / Mots et cris]

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression