mardi 15 décembre 2015

Le fil rouge de Paola Barbato (novembre 2015)




L'avis d'Ondine


Antonio Lavezzi a vécu des événements dramatiques auxquels il lui a été difficile de faire face et d‘y survivre. Alors qu’il passait un samedi après-midi tranquille dans sa maison avec sa fille Michela, âgée de treize ans, il est appelé pour une urgence sur un de ses chantiers. Il laissera la jeune Michela seule à la maison. Lorsqu’il rentre chez lui, il est violemment agressé et laissé pour mort par un intrus. Il apprendra à sa sortie du coma que sa fille Michela a été violée et sauvagement assassinée. 

L’assassin n’a pas été retrouvé. Sa femme l’a quitté. Il déménage et travaille comme responsable de chantiers pour un de ses amis d’enfance qui le soutient le mieux qu‘il peut. Il n’est plus que l’ombre de lui-même. Sa vie est juste une suite de moments qu’il organise de telle sorte que ses journées sont méthodiquement remplies afin qu’il ne pense pas et qu’il ne sombre pas totalement dans le néant.

Mais voilà qu’il est appelé sur un chantier sur lequel ses ouvriers ont découvert un cadavre enseveli sous des gravats. Antonio Lavezzi apprend par la police que la victime est un criminel qui jusqu’à ce jour, a échappé à la Justice. Cela fait écho à Antonio Lavezzi et le ramène à sa propre histoire.

Un homme mystérieux lui propose de retrouver des criminels qui n’ont pas été condamnés par la Justice afin de les exécuter. Antonio Lavezzi se laisse séduire par cette idée si étrange mais qui lui parle. Ne souhaite-t-il pas lui-même retrouver l’assassin de sa fille afin que justice soit enfin faite.

Il se laisse tenter par cette proposition et se trouve entraîner dans une suite de guet-apens dont il est un des acteurs et durant lesquels des personnes sont assassinées car elles sont les protagonistes de crimes considérés comme non résolus. Antonio Lavezzi espère au plus profond de lui que le meurtrier de sa fille Michela lui sera livré et qu’il puisse être également tué afin que justice lui soit enfin rendue.

Mais tout cela n’est pas aussi simple. Qui est réellement cet homme mystérieux qui manipule les victimes de crimes sordides et pourquoi organise-t-il de façon si diabolique le meurtre de ces criminels. Antonio Lavezzi veut le savoir et finira par mener sa petite enquête personnelle pour obtenir des réponses. Mais s’attendait-il réellement à une telle réponse ? En se faisant justice soi-même peut-on vraiment reprendre une vie normale et se sentir enfin en paix avec soi-même et les autres ?

Antonio Lavezzi apprendra à ses dépends que rien n’est réellement si simple et que les circonstances de certains actes sont tellement complexes qu’il y a peu de probabilité pour qu’ils puissent être éviter.

Paola Barbato est une auteure étonnement innovante, dérangeante, pertinente et tellement intéressante. Elle a une façon de nous raconter ses histoires qui sont autres, uniques et tellement vraies. Elle nous entraîne dans des univers qui lui sont propres avec une logique qui lui est très personnelle mais qui fait mouche à chaque fois. Le lecteur la suit sans problème et se laisse bousculer par sa façon de narrer, de nous emmener et nous pousser dans le côté obscur de l‘être humain.

J’ai fait connaissance avec cette auteure avec son premier roman A mains nues un roman brutal, violent, déstabilisant mais tellement authentique. J’en ai gardé un souvenir de lecture unique, une sensation d’avoir glissée dans les pires tréfonds de l’être humain avec cette analyse de l’auteure si fine et si pertinente qui présente l’être humain avec ce qu’il peut être, un ensemble de noirceur, de combativité et d’adaptabilité.

On ne peut être, ni resté indifférent à l’univers proposé par Paola Barbato. Je me suis précipitée sur son second livre Le fil rouge dès sa sortie en librairie car on en redemande encore et encore. Elle perturbe et secoue le lecteur au plus profond de lui-même avec ses histoires. Certes, mais avec quel talent ! Elle arrive à aller au plus loin de sa réflexion et à disséquer de façon chirurgicale ses personnages.

Je vous conseille de découvrir ce deuxième roman Le fil rouge de Paola Barbato. Un livre qui ne peut en aucune façon laisser indifférent.

En ce qui me concerne j’adore l’univers de Paola Barbato. Une auteure avec une vraie identité littéraire et qui semble savoir se renouveler.

J’ai adoré.

[368 pages / Denoël / 21,90 €]


Autre livre de l'auteure chroniqué sur le blog


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression