mardi 26 janvier 2016

La passe-miroir, tome 2 : Les disparus du Clairdelune de Christelle Dabos (octobre 2015)

 Présentation de l'éditeur

Officiellement introduite à la cour comme Vice-conteuse, Ophélie découvre les mondanités d'un univers où complots et tensions politiques sont à l'oeuvre derrière les belles apparences. Entre l'arrivée de sa famille au Pôle et les exigences de Farouk, elle n'a d'autre choix que de s'appuyer sur Thorn, son énigmatique fiancé. Quand des nobles disparaissent les uns après les autres, la liseuse d'Anima doit user de ses talents pour mener l'enquête. Une mission qui va l'entraîner beaucoup plus loin que prévu, au coeur d'une vérité plus redoutable que tout ce à quoi elle s'était préparée...

L'avis de Gaby


En décembre dernier, je vous chroniquais le tome 1. Quelques semaines plus tard, je récidive avec le second volume. On retrouve donc Ophélie, désignée conteuse officielle de Farouk. Seulement, rien n'est de tout repos. Les hostilités au sein de la Citacielle reprennent, les fiançailles ne sont pas réjouissantes et la famille de la jeune femme s'apprête à débarquer. 

Similaire au premier dans la narration, on retrouve l'originalité et la belle plume de Christelle Dabos. L'univers garde son cachet et ses couleurs, à un niveau égal au premier tome. Chaque chapitre vient avec son intrigue, il est difficile de s'ennuyer. De plus, l'histoire se corse et devient plus sombre et plus adulte, coupant avec la bonhomie de la première partie. Ophélie évolue, laissant derrière elle son image de fille naïve et bébête, tandis que les liens se renforcent autour d'elle.

Néanmoins, j'ai été embêtée par un détail, qui me fait un peu redouter le troisième volume. Si dans le volume 1, Christelle Dabos abordait la destruction du monde, dans ce tome 2 il est question de son créateur. Celui-ci est présenté comme "Dieu". J'avais soulevé ce point avec une autre lectrice à qui j'avais chaudement recommandé cette série. Egalement athée, cette dernière s'est sentie mal à l'aise à la lecture de la dernière partie du roman. 

En effet, comme nous suivons l'évolution d'Ophélie, en tant que lecteur nous sommes soumis -en quelque sorte- à l'imaginaire de l'auteur. Or, ici Christelle Dabos nous impose ce "Dieu" qui possède la même dénomination existant dans notre réalité. Et le récit laisse penser que cela pourrait être plausible dans la foi de certaines personnes. En toute honnêteté, nous aurions préféré que l'auteure donne à cet être supérieur une autre dénomination afin de nous laisser libre d'adhérer ou non à ce récit. "Dieu" is too much dans le texte. Et la perspective de lire encore plus de la théologie fantastique dans le tome 3 me laisse sceptique....

Un bon deuxième tome qui, pourtant, me convainc moins que le premier principalement à cause de ce "Dieu". A voir dans le troisième tome vers quoi s'embarquera Christelle Dabos.

Lire la chronique du tome 1



10 commentaires:

  1. Je suis très étonnée par ton ressenti, je n'avais même pas envisagé que l'on puisse se sentir gêné par l'évocation de ce "Dieu", tant la mythologie de Christelle Dabos fourmille de références à des divinités. Entre Odin, Artémis, "Dieu", la magie des pouvoirs familiaux, les Bêtes, la Déchirure qui donne naissance à un monde à la Miyazaki, le mystérieux Reflet dans le miroir... on est servis en terme de mythologie ! Je suis athée également, et je ne lis pas davantage dans ce Dieu qu'un personnage issu de la culture européenne au sens large, mystérieux et puissant dans ce roman, en tant que force imaginaire, comme tous les autres.

    Personnellement j'ai encore plus aimé le 2nd tome au 1er :) Je l'ai trouvé plus riche en rebondissements et en humour. Et j'ai adoré ce que l'auteur nous laisse voir des mystères de son univers, qui seront de plus en plus emmêlé avec les aventures d'Ophélie. C'est terriblement bien construit et envoûtant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela peut paraître surprenant mais c'est aussi la richesse de l'être humain et des blogs : la diversité des ressentis.
      J'ai précisé que j'étais athée pour donner des pistes de réflexion à un lecteur de mon blog qui s'interrogerait sur mon orientation spirituelle mais évidemment je ne représente pas tous les athées. Seulement, nous avons été deux amies à ressentir cette gène, donc je l'ai évoquée. Cela ne diminue pas la qualité du roman mais est, à mes yeux, un aspect qui m'a dérangée.

      Supprimer
  2. Comme allezvousfairelire.com, je suis étonnée de voir que l'on peut être dérangé par ce "Dieu". Étant athée également, je n'ai eu pour ma part aucun problème avec ce pan de l'histoire et je suis plutôt contente que l'auteur veuille nous raconter les prémices de ce monde, qu'il y est théologie ou non. C'est une histoire fantastique, avec des légendes, croyances et des références à notre culture.

    En tout cas, j'ai encore plus apprécié ce deuxième tome, et j'attends avec impatience la suite qui au vu des deux premiers, ne devrait pas me décevoir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends tout à fait que nous réagissions différemment en tant qu'athées. Là encore, je tiens à préciser que je ne parle pas au nom des non-croyants, j'ai précisé que je l'étais parce que cela me semblait aussi intéressant à évoquer.
      La mythologie du roman est intéressante et m'a plu. C'est le terme de "Dieu" qui m'a troublée puisque reprenant le même fonctionnement que dans les religions actuelles (être supérieur qui a toute autorité et dont les croyants dépendent).

      Supprimer
  3. J'ai eu un coup de coeur pour le premier tome ! J'ai hate de lire celui-ci. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne lecture dans ce cas, il est vraiment bien :)

      Supprimer
  4. je reprends les deux premiers commentaires, je suis athée aussi et je n'ai ressenti aucune gêne quant à ce "Dieu" dont parle l'auteur, c'est même une des parties du roman qui m'a le plus intéressée, comme quoi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai déjà tout dit dans les commentaires précédents, mais je suis contente que tu laisses ce commentaire pour prouver qu'il existe une grande diversité de ressentis :)

      Supprimer
  5. Gros coup de cœur pour ces deux tomes, je suis curieuse de voir ce que va donner la suite !

    RépondreSupprimer
  6. Ta chronique est très intéressante ! J'ai beaucoup aimé le deuxième tome, et je l'ai même préféré et j'aime beaucoup Archibald :) Moi aussi j'ai fais ma chronique : http://journalacoeurouvert.blogspot.fr/2016/04/la-passe-miroir-t2-les-disparus-du_87.html

    Bisous, Mélanie

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression