jeudi 7 janvier 2016

L’enfant de Calabre de Catherine Locandro (juillet 2014)

Résumé de l'éditeur

Lorsqu’elle pousse la porte de l’agence de détectives privés Azur Enquêtes, Frédérique a en main une photographie, celle de son père Vittorio, ancien combattant d’Indochine, en compagnie d’une inconnue. À Nice, ville de son enfance, elle espère retrouver la trace de cette femme blonde au teint pâle et au sourire timide. Mais à trente-neuf ans, ce qu’elle souhaite bien plus encore, c’est découvrir enfin qui était ce légionnaire taiseux. Quitte à reconstruire son roman familial.

Dans un labyrinthe de souvenirs – de Diên Biên Phu à Cittanova –, de voyages en rencontres, Frédérique convoque ses aïeuls et entrecroise trois générations marquées par la douleur et l’injustice. Entre revenants et fantômes, parviendra-t-elle à démêler sa propre histoire, enchevêtrée telles les rues de Gênes, jusqu’à son issue inattendue ?

L'avis d'Ondine


Frédérique est écrivain. Elle n’a pas de succès avec ses propres romans, mais elle arrive à vivre de l’écriture car il lui arrive d’écrire pour des auteurs connus. Son père d’origine italienne est décédé et sa mère l’a suivi peu de temps après. Elle a un frère plus âgé. Elle-même s’est expatriée à Bruxelles depuis quelques années. 

Dans les affaires de sa mère, Frédérique a trouvé une photographie de son père en compagnie d’une autre femme qu’elle ne connaît pas et qu’elle n’a jamais vu. Le cliché a été pris par une agence de détectives privés de Nice mandatés par sa mère. Son père avait-il une maîtresse ? Sa mère le soupçonnait-elle d’adultère ? Certes ils se disputaient souvent et dans la famille on parlait peu de soi. Frédérique veut savoir qui était cette femme et qui était-elle surtout pour son père ?

Elle revient à Nice où elle a grandi afin de comprendre et de trouver des réponses à ses multiples questions. Elle sait que le passé de Vittorio, son père d’origine calabraise est douloureux. Sa mère est morte seule, abandonnée par son mari et reniée par sa famille. Après sa disparition, Vittorio s’est engagé dans la légion étrangère et a combattu en Indochine. Hormis un frère, il n’avait plus de famille. Il avait un ami Matteo qui était son compagnon d’armes en Indochine et qui y est mort.

Frédérique va mener son enquête. Elle veut savoir qui était réellement ce père si discret sur son passé et qui semblait mener une sorte de double vie.

Non seulement elle va se projeter dans la réalité difficile de la guerre d’Indochine et des séquelles que de telles expériences peuvent laisser en tout homme, mais de plus elle devra se confronter à une histoire familiale autre que celle qui lui a été tellement racontée et qui semblait être ses racines.

L’enfant de Calabre est un roman qui aborde l’importance des racines et du passé sur les différentes générations d’une même famille. Certaines vérités ou découvertes font exploser en mille morceaux des certitudes et une histoire familiale.

Catherine Locandro est une belle auteure qui nous fait partager un roman rempli d’émotion dans cette recherche d’une vérité qui est celle de cette histoire familiale qui semble ne ressembler en rien à celle qui se racontait. Cette recherche de vérité est primordiale même si elle éclate en tout point nos convictions et nos repères et ébranle jusque au plus profond de l’être que nous sommes.

Un très beau roman qui touche le lecteur, des personnages attachants et tellement authentiques. Une fois la lecture de ce livre entamée on n’arrive plus à le lâcher jusqu’à la chute car on veut savoir comme Frédérique, qui est cette femme, qui était réellement Vittorio, cet homme qui a eu une vie traumatisante dès son plus jeune âge et qui semble à la fois si présent et pourtant si détaché de tout.

Un roman qui raconte les secrets de famille, les impacts du passé sur le présent. J’ai plus qu’aimé ce livre, je ne suis pas arrivée à m’en détacher et j’ai surtout adoré cette délicatesse narrative que nous propose l’auteure.

Un coup de cœur pour ce roman.

A découvrir car c’est un livre captivant, poignant et à la fois si juste et si touchant.

[282 pages / Pocket / 6,50 €]

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression