dimanche 14 février 2016

Il reste la poussière de Sandrine Collette





De la même auteure et chroniqués sur le blog


  

L'avis d'Ondine


L’histoire se passe en Patagonie et nous raconte une famille qui vit dans une ferme au milieu d’une terre aride et ingrate. La mère a perdu son mari alcoolique. La rumeur dit qu’il est parti en abandonnant femme et enfants. Mais est-ce vraiment cela la vérité ?

Depuis envers et contre tout et tous, la mère gère au mieux son seul bien sur cette terre, sa ferme. Elle a quatre enfants. Les aînés, des jumeaux : Mauro et Joaquim puis Steban qui serait débile car il ne parle pas et Rafael, le petit dernier, celui qui est né alors que personne n’en voulait et qui est le souffre douleur des plus grands. Une famille qui ne connaît pas les mots : amour, affection, attention,
fraternité. 

La mère qui semble hermétique à tout sentiment, qui trime du matin au soir, qui ordonne, impose, maltraite et ne sait que transmettre ce sentiment dévastateur qui se nomme la haine. Elle ressemble au paysage rude, difficile, rocailleux de ce lieu où les journées se résument au travail harassant avec les bovins et les moutons, où chaque moment de vie se veut travail pour que cette terre leur permette de survivre.

Elle laisse totalement à l’abandon l’éducation des enfants et ne leur inculque que l’exigence et la rudesse du travail, celui qui doit être fait. Aucune tendresse, aucun moment d’affection que de l’amertume, de la dureté, de la violence. Aucune intervention de sa part pour protéger les uns des autres. Un abandon total qui laisse grandir ses enfants dans un environnement stérile où s’imposent la violence et la terreur par des actes qu’ils considèrent comme des jeux dans leur toute puissance.

La mère se rend une fois par mois dans la ville la plus proche pour ses affaires. Elle en profite pour boire au bar et à jouer aux cartes. Elle y perd régulièrement d’importantes sommes d’argent et finira par perdre son jumeau Joaquim suite à une dette de jeu. Pour le jeune homme ce sera le chemin d’une autre vie.

Que deviendront Mauro, Steban et Rafael dans un tel environnement familial ? On pourrait croire que leur avenir est tout tracé mais en réalité comme dans les terres les plus désertiques peuvent éclore des fleurs. Ainsi le jeune Rafael saura se préserver de toute cette violence en se trouvant un refuge auprès de son cheval, de son chien et de ses moutons. Mais arrivera-t-il à trouver sa place dans ce milieu traumatisant et pourra-t-il préserver cette positivité qu’il a au fond de lui ?

Pour savoir ce que vont devenir Mauro, Joaquim, Steban et Rafael ainsi que la mère, il faudra lire ce remarquable et nouveau roman de Sandrine Collette. Une auteure qui à chacun de ses livres se renouvelle sans difficulté et entraîne son lecteur à chaque fois dans une nouvelle aventure.

Cette fois-ci on est projeté dans les grands espaces et la steppe de Patagonie. Un total dépaysement pour le lecteur avec une description de cette nature si particulière que propose ce pays.

Quand à l’histoire elle-même, celle de cette famille, elle embarque le lecteur dans un univers terriblement angoissant, violent qui semble irrémédiable. Mais en réalité même si les personnages semblent en totale perdition, on s’attache à certains d’entre eux comme Rafael ou même Steban et on peut s’apercevoir que rien n’est totalement perdu.

A lire absolument car une fois entamé on ne peut plus lâcher ce livre car on le dévore. Une très belle écriture, une histoire implacable qui chamboule, qui interpelle et qui nous violente quelque peu. Mais
qu’importe c’est un très bon roman. Du très grand Sandrine Collette qui comme le bon vin se bonifie au fur et à mesure de ses romans. Je suis une grande fan de cette auteure.

Présentation de l'éditeur

Argentine, plateaux de la Patagonie. Une steppe infinie, balayée par des vents glacés. C'est là que Rafael, dix ans, grandit dans une famille haineuse. Sa mère s'est endurcie autour d'un secret qu'elle a su garder mais qui l'a dévorée de l'intérieur : une nuit, elle a tué leur ivrogne de père et a coulé son cadavre dans les marais. Depuis, elle fait croire que son mari les a abandonnés, et mène son maigre élevage de moutons et de boeufs d'une main inflexible, écrasant ses quatre garçons de sa dureté et de son indifférence. Mais depuis, aussi, les aînés détestent leur plus jeune frère, né après la disparition du père, et en ont fait la cible de leurs jeux brutaux. Alors Rafael, seul au monde, ne vit que pour son cheval et son chien. Voilà longtemps qu'il a compris combien il était inutile de quémander ailleurs un geste d'affection. Dans ce monde qui meurt, car les petits élevages sont peu à peu remplacés par d'immenses domaines, la révolte est impossible. Et pourtant, un jour, le jour le plus sauvage et le plus douloureux de la vie de Rafael, quelque chose va changer. Le jeune garçon parviendra-t-il à faire sauter l'étau de terreur et de violence qui le condamne à cette famille ? Avec ce roman sombre, planté dans une nature hostile et sublime, Sandrine Collette explore les relations familiales impossibles, et la rédemption, ou non, d'un petit garçon qui a gardé son humanité.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression