mercredi 24 février 2016

Le challenge Vidage de PàL : utile ou stupide?





Aujourd'hui, on fait le point sur le challenge Vidage de PàL. En effet, l'an passé, le challenge m'imposait de lire un livre en ma possession depuis plus d'un mois après chaque lecture d'ebook, de partenariats ou de livres obtenus récemment. Seconde règle : chaque livre acheté dans le mois de l'achat devait être lu pour m'obliger à me responsabiliser face à mes choix. Ainsi, je suis forcée de réfléchir avant de céder à la tentation : est-ce une grosse envie pour ce livre ou un désir temporaire suscité par d'autres.

En 2015, javais lu 12 livres de ma PàL, soit un par mois

En 2016, j'ai dû rattraper le retard puisque j'ai lu énormément de nouveautés et d'ebooks.

J'ai 5 livres de retard pour équilibrer mes lectures et j'ai écoulé, au moment de la publication de ce billet, 9 livres de ma PàL, soit 4,5 livres par mois.

Ma pile à lire a beaucoup grossi ces dernières années, par l'influence de la blogosphère ainsi que par mes achats plus libérés dans les librairies. Entrée dans le monde professionnel, mes moyens m'ont permis de me lâcher plus facilement. Suite à mes lectures et à ma maturité croissante, je me suis rendue compte que l'acte de posséder signifiait plus, qu'acheter revenait aussi à suivre des codes, tout comme celui d'emprunter. Chacun est libre de se positionner comme il le souhaite dans cette habitude. La mienne est d'avoir pris le parti de me concentrer sur mes possessions sans pour autant me fermer au monde.

Vu le nombre de livres dans ma PàL (un peu plus de 150), j'ai le choix. Si je ne trouve pas de lecture, ce serait plus par caprice ou véritable envie de voir ailleurs. Mes besoins en termes de littérature ont néanmoins évolué et j'ai été déçue par certains livres lus récemment. Néanmoins, je ne souhaite pas me débarrasser de livres acquis et non lus car je me dis qu'à un moment ils me tenteront, comme certains titres de chicklit ou de contemporains. Après tout, tout est question d'envie. 

On ne peut pas nier qu'après autant d'années plongée dans les bouquins, je suis plus exigeante sur mes besoins. J'ai besoin que les auteurs me nourrissent de phrases, me mettent en difficultés. C'est pourquoi dans mes chroniques, je cherche à nuancer au mieux mes propos. Certains ouvrages sont décevants, mais d'autres ne m'ont pas plu parce qu'ils ne me correspondent pas. Mais cela ne signifie pas qu'ils sont nuls ou pas recommandables. On cherche tous des choses différentes dans les lectures. 

A de nombreuses reprises, j'ai été séduite ou peu convaincue par des ouvrages que d'autres ont plébiscités ou détestés à grande échelle. Cela m'a fait comprendre que toute oeuvre a son public. Cela ne veut pas dire que vous ou moi soyons mieux que untel. Seulement à un moment T, nous avons des besoins et envies différents et surtout nous sommes en demande de choses personnelles qui trouveront échos en nous.

Pour en revenir à mes récents achats, les ai-je lus? Oui ! Comme le prouve cette photo, vous avez déjà découvert une chronique sur le blog, et je suis plongée dans l'autre ouvrage !


Le challenge Vidage de PàL est-il utile?
Je réponds par l'affirmative. Anodin en apparence, il m'a permis de m'interroger sur mes lectures.

1 commentaire:

  1. Je dirais qu'à partir du moment où tu considères que ton tas de livres à lire est trop gros, c'est un ressenti que tu as tout à fait le droit de prendre en compte, et même plutôt raisonnable de mon point de vue. Il est vrai que l'on consomme tous plus ou moins, et si c'est un droit cela peut mener autant à de la satisfaction qu'à une certaine frustration.
    J'ai des livres dans mes étagères et à côté que j'ai depuis des années, et comme toi je n'ai pas envie de m'en débarrasser avant d'avoir trouvé un bon moment pour au moins tenter de les lire. Après tout si je les ai un jour achetés c'est que j'ai eu cette envie de me plonger dedans, et mes envies tournent régulièrement.

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression