jeudi 18 février 2016

Les bûchers de la liberté d'Anastasia Colosimo



L'avis de Gaby

La religion et la société sont deux entités étroitement mêlées. Génératrice de pouvoir mais aussi de normes, la religion a, à mainte reprises, aidé à rassembler les gens et à assurer leur existence. Cette matière remplaçait probablement le code civil avant sa création et faisait office de loi. Entre France, notre pays s'est libéré de son poids. Néanmoins la religion continue d'exister avec ceux qui croient et qui agissent en son sens.

Il n'est pas question ici d'inaugurer un débat entre croyants et non-croyants. Dans le livre Les bûchers de la liberté, Anastasia revient sur l'histoire des sociétés religieuses et, plus particulièrement de la place du blasphème, réagissant aux attentats ayant visé Charlie Hebdo.

Elle explore plusieurs pistes, en reprenant l'histoire du blasphème dans le monde et les leviers de pouvoir qu'il permet. Anastasia aborde aussi l'évolution du sens et les stratégies mises en place par les autorités religieuses pour se réapproprier quelques forces dans la société.

Le livre est très vaste, et il m'est difficile de tout vous relater, d'autant plus que je l'ai lu en version numérique donc impossible de vraiment piocher dedans les meilleurs moments. Mais quelle claque une fois qu'on en arrive au bout !


Anastasia explique comment notre pays, la France, a laissé dévier la question de la laïcité et analyse les failles existantes dans notre système juridique en relatant des procès. Ainsi un couple d'artistes, Marité et François Girbaud, a été condamné pour avoir affiché une version féminine de la fameuse Cène ! Soit disant elle choquait les religieux. L'auteure revient aussi sur les dépots de plaintes des associations envers Charlie Hebdo. Ainsi, n'importe quelle association peu prétendre représenter n'importe qui et parler au nom d'individus en tant que représentants. Grignotant ainsi notre liberté d'expression et imposant la censure morale dans un pays laïc.

Anastasia aborde aussi la notion d'injure envers un Dieu. Elle reprend des polémiques, comme celles de Houellebecq qui avait provoqué de nombreuses tensions pour avoir critiqué l'Islam. Elle rappelle que parler d'un Dieu n'est pas porter atteinte à une communauté ni faire preuve de racisme, puisque ce n'est pas un appel à la haine ni viser personnellement des individus. Cela se rapporte à l'expression d'un point de vue.

Le contenu, de haute-volée, est écrit dans un style assez peu accessible. Il m'a fallu trois semaines pour en venir à bout, notamment par les formules très universitaires qu'utilise Anastasia. La lecture demande du calme et de l'attention. Il m'est arrivé plusieurs fois de relire les phrases. Et si au départ, on s'interroge sur le cheminement de l'auteure, au deuxième tiers on jubile lorsque toutes les pièces du puzzle s’imbriquent, nous faisant accéder à une toute autre dimension du savoir.

Un excellent et instructif ouvrage. Anastasia rappelle, avec bon sens, qu'à trop vouloir censurer les gens on finit par créer et valoriser des tensions. Et qu'ouvrir la défense aux associations n'était pas forcément la plus habile des décisions, puisqu'ainsi les principales concernés ont laissé leur voix à des groupes un peu trop zélés qui agissent en leur nom sans pour répondre à une demande.

Présentation de l'éditeur

Que nous dit Charlie, alors que se dissipent les ultimes mirages du 11 janvier ? Que le blasphème n’est pas de retour car il ne nous a jamais quittés. Qu’il n’est pas un principe religieux, mais qu’il a toujours été un instrument politique. De Rushdie à Dieudonné, d’Islamabad à Copenhague et de la Cour européenne des droits de l’homme à la Cour suprême des États-Unis, en passant par la Bible et le Coran, les caricatures de Mahomet et l’inflation des lois mémorielles, voici une plongée à travers les temps et les lieux du blasphème qui en dévoile sans concession toute l’actualité. 

Car, par-delà l’émotion, la question essentielle est de savoir si, aujourd’hui, la France n’a pas déjà tourné le dos, secrètement, à la liberté d’expression.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression