samedi 20 février 2016

Tout va mal... je vais bien ! Comment vivre dans un monde de merde de Philippe Bloch



L'avis de Gaby


C'est d'une humeur belliqueuse que j'ai acheté Tout va mal... je vais bien ! Comment vivre dans un monde de merde. En effet, à la recherche d'un emploi, j'avais besoin de me changer les idées et de garder un moral positif. Alors que je tournais en rond dans les librairies de ma ville, le titre m'a fait sourire. Provocation face à l'adversité ! Puis en le feuilletant, j'ai vu les citations joyeuses et combatives  de personnalités célèbres sur fond orange et bleu électrique. Vendu !

Alors quel est ce livre qui promet de la rigolade au vu ses couleurs et son titre ?Je m'attendais à un livre marrant, à un contenu mordant, mais il n'en est rien. Rien de plus qu'un manuel de développement personnel assez généraliste dans les propos, bien que la cible soit assez significativement les potentiels futurs auto-entrepreneurs ou ceux qui se sont lancés dedans et veulent se convaincre d'avoir fait le bon choix. 

Philippe Bloch, auteur de ce livre, officie sur BFM business. Et à la lecture, on le ressent assez fortement. Christophe Barbier, Séguéla, Attali... le panel des personnalités qu'il fait intervenir n'est pas inconnu aux téléspectateurs. Des personnes qui sont loin d'être consensuelles et assez marquées politiquement parlant.

En globalité, je n'ai pas été sensible à son discours. Dans chacun de ses chapitres, il aborde le pire pour tenter de nous faire voir le meilleur. Un procédé comparatif qui sonne mal la plupart du temps. Pas besoin de me rappeler que je vis dans « un monde de merde » à « cause des autres ». Avec, entre autre, le couplet sur les chômeurs, ces assistés...

Ce livre, curieusement, aurait pu faire des chômeurs l'une des cibles de lecteurs puisque eux veulent forcément sortir de leur situation (quoi qu'en dise ceux de l'autre côté qui crachent sur le petit peuple mais ne se remettent pas en question, aka les députés qui nous reprochent de ne pas voter et ne vont même pas faire leur taf alors qu'ils sont payés des milliers même lorsqu'ils sèchent leurs responsabilités). Mais les remontrances envers eux sont indigestes parce qu'à lire on a l'impression qu'ils sont des victimes volontaires du système.

Philippe Bloch parle beaucoup d'auto-entreprenariat. Effectivement, c'est une belle chose de créer son entreprise. Seulement, combien réussissent parmi tous ceux qui se lancent ? Ceux qui doivent brader les prix ? Se font prendre pour des cons ? N'ont pas de carnets de contact ? Et s'ils échouent, qu'en doit-on déduire ? Que ce sont des ratés de la vie qui n'ont pas été assez combatifs ? Le manichéisme est très présent. Un peu trop.

Au final j'ai apprécié le premier chapitre et la conclusion... lorsqu'il parle de prendre sa vie en main sans concession ni crainte de l'échec, sans parler des autres et nous inciter à la comparaison qu'on vit déjà de manière permanente.

En définitive, un livre possédant des qualités auxquelles je suis restée insensible. Il fait partie de ceux que j'apprécierai de revendre pour qu'il trouve un autre lecteur plus intéressé susceptible de le relire.


Présentation de l'éditeur


Pourquoi sommes-nous si souvent convaincus que la vie est une mer de difficultés ou d'efforts, alors qu'elle est en réalité un océan de plaisirs et d'opportunités ? Si vous en doutez, il est urgent de changer de lunettes. Car oui, le monde est incertain, violent, changeant, chaotique. Mais votre vie est belle ! Et elle pourrait l'être encore davantage, en suivant quelques principes aussi simples qu'efficaces. Après nous avoir alertés sur les dérives de notre vocabulaire pessimiste avec le best-seller « Ne me dites plus jamais bon courage ! », Philippe Bloch nous livre ici neuf clés pour vivre heureux dans un « monde de m.... ». Les Français ont compris que personne ne règlera plus leurs problèmes à leur place. Un miracle français est donc enfin possible. A chacun de nous d'en apporter la preuve !

2 commentaires:

  1. Malgré un titre accrocheur, en effet, je passe...

    Bonne fin de semaine!

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression