jeudi 3 mars 2016

Brunetti entre les lignes de Donna Leon



Déjà chroniqués sur le blog



L'avis d'Ondine

Venise au printemps et le Commissaire Brunetti vaque à ses occupations habituelles : lire les rapports et se mettre à jour car il n‘a pas réellement d‘affaire en cours. Mais voilà qu’il reçoit un appel téléphonique catastrophé de la Directrice de la Bibliothèque Merula de Venise. Elle lui révèle que la 
bibliothèque municipale a été victime de vols de livres anciens.

Certains livres anciens ont disparu et d’autres ont été endommagés. Elle soupçonne un chercheur américain, qui avait eu l’autorisation de consulter les livres anciens sur place pour ses recherches, d’être l’auteur des méfaits.

Le Commissaire Brunetti se rend sur place. Il rencontre le personnel de la bibliothèque et la Directrice. Le préjudice semble important car le voleur, qui n’a pas pu agir seul et qui semble être un professionnel, a effectivement volé des livres anciens d’une valeur inestimable mais a également arraché des pages dans certains autres livres anciens. Brunetti sait que ces livres volés et même les pages arrachées vont être vendus à des collectionneurs qui ont peut-être même passé commande au voleur et qui sont prêts à payer très cher pour obtenir de tels trésors.

Brunetti est persuadé que le chercheur américain n’a pas pu agir seul. Il va devoir enquêter au sein de la bibliothèque, auprès du personnel et auprès des visiteurs réguliers pour connaître le mode opératoire. C’est ainsi qu’il apprend que l’un des habitués, suspecté de complicité, est retrouvé assassiné à son domicile et que le chercheur américain est plutôt un voleur professionnel aguerri et certainement d’origine italienne.

Brunetti va mener une enquête dans les milieux fermés de la bourgeoisie vénitienne. Les uns faisant don de leurs livres anciens et les autres faisant tout pour acquérir à n’importe quel prix, certaines collections de livres antiques. L’enquête du Commissaire Brunetti va se révéler plus compliquée que prévue. Chacun des suspects semble avoir une vie personnelle peu limpide et avoir des raisons sérieuses pour être mêlé à ces vols. Mais la chute de cette histoire démontre une nouvelle fois que les 
coupables ne sont pas uniquement ceux qui semblaient dès le départ en avoir le profil. 

Avec ce nouveau roman policier, Donna Leon nous entraîne cette fois-ci et toujours avec beaucoup de réussite, dans le monde de livres anciens que nous pensons protégés et à l’abri dans les bibliothèques afin qu’ils restent disponibles pour tous. Mais la réalité est beaucoup plus sinistre car ces livres ne représentent pas pour tous, les mêmes valeurs. Pour les uns, ils sont les témoins de notre passé et pour les autres, juste un objet de collection à la valeur inestimable que l’on veut s’approprier à n’importe quel prix.

Une enquête très intéressante qui aborde avec intelligence la réalité des livres anciens qui deviennent au fil du temps des objets convoités et qui finissent comme les objets d’arts dans de sombres trafics pour satisfaire certains acheteurs qui ne les estiment qu’à leur valeur marchande et non pour ce qu’ils sont.

Donna Leon sait toujours aussi bien traiter ses sujets choisis et embarque sans retenue son lecteur dans son univers vénitien avec des sujets de société toujours d’actualité.

A découvrir car on apprécie toujours autant les personnages, Venise et surtout l’intrigue. J’aime toujours autant sa façon de raconter, de partager des faits de société actuels et de nous faire découvrir à chaque fois, une Venise autre que dans les guides touristiques.


Présentation de l'éditeur

En ce maussade lundi de printemps, le commissaire Guido Brunetti pensait n’avoir rien d’autre à faire que de lire des rapports, quand il reçoit soudain un appel fiévreux de la directrice d’une prestigieuse bibliothèque vénitienne. Plusieurs livres anciens et de grande valeur ont été endommagés, d’autres ont même disparu. Les employés soupçonnent un chercheur américain venu à plusieurs reprises consulter les livres, mais pour Brunetti, quelque chose ne colle pas.

Prenant l’affaire en main, le commissaire commence par enquêter sur les visiteurs réguliers de la bibliothèque et en conclut que le voleur n’a pas pu agir seul. Mais quand l’un des suspects est retrouvé mort chez lui, l’affaire prend une tournure beaucoup plus sinistre. Brunetti se retrouve immergé dans le monde sombre et secret du marché noir de livres antiques. Avec l’aide de son équipe, Isperetto Vianello et la Signora Elettra, il plonge dans l’esprit d’un voleur de livres, jusqu’à remettre en question sa conception de l’innocence et de la culpabilité et à dévoiler la terrible vérité.

5 commentaires:

  1. Je n'ai jamais lu de Donna Leon mais face à tant de critiques enthousiastes j'essaierai un jour. J'aime aussi beaucoup les livres sur les livres, donc je commencerai peut-être par celui-ci, à moins que l'ensemble de cette série soit plus compréhensible lue dans l'ordre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas besoin d'avoir lu les précédents livres de Donna Leon pour lire celui-ci. Ses romans policiers peuvent être lus séparément ou effectivement dans leur chronologie de parution. Mais réellement cela n'a aucune importance.
      Bonne découverte à toi
      Ondine

      Supprimer
  2. J'ai très envie de lire cet auteur. Ces livres ont l'air vraiment passionnants !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il va falloir que tu en lises au moins un pour découvrir l'univers vénitien de Donna Leon. Après souvent on finit par lire tous ces livres car elle a une façon de raconter les histoires qui accrochent.
      Bonne découverte à toi
      Ondine

      Supprimer
  3. après recherche sur internet, je trouve bien zattere à venise mais pas de bibliothèque Merula, Dona Leon ne l'a quand même pas inventée tout de même ?

    RépondreSupprimer

Profitons de notre liberté d'expression