lundi 11 avril 2016

De chair et d'os de Dolorès Redondo



Déjà chroniqué sur le blog 

L'avis d'Ondine

Amaia Salazar, inspectrice de police au Commissariat de Pampelune, vient de clôturer sa dernière enquête, de façon totalement inattendue. Le coupable de l'assassinat et du viol d'une jeune fille qui devait comparaître devant le tribunal vient de se suicider dans les toilettes en se tranchant la gorge avec un cutter. Il a laissé un mot à l'attention de Amaia : Tarttalo. Amaia ne comprend pas réellement le sens du message mais se souvient que Tarttalo désigne un être mythologique, un cyclope dans la mythologie gréco-romaine et basque.

Amaia va profiter des quinze jours à venir pour mettre au monde son fils Ibai qu'elle attend avec James, un célèbre sculpteur américain avec qui elle partage sa vie. Mais très vite cette paisible vie entre paranthèse va être bousculée.

Elle reprend son service alors même que son équipe est envoyée pour enquêter sur une dégradation dans une église de la vallée de Baztan, la région de son enfance. A cette enquête qui semble être un travail de routine se rajoute une enquête plus compliquée. Celle-ci, qui n'est pas encore réellement officielle, la plonge dans une série d'atroces crimes sexuels. Les victimes, toutes des femmes ayant un lien avec la vallée de Baztan, ont été violentées et sauvagement assassinées par leurs conjoints. Ceux-ci se sont tous suicidés en ayant laissé comme inscription : Tarttalo.

Très vite Amaia Salazar pense que tous ces crimes sont liés. Elle opte pour un tueur en série, intelligent qui manipule les assassins. Trop de similitudes, trop d'interrogations, une enquête difficile. Mais très vite cette affaire sordide va l'inpliquer très personnellement et son lourd passé, angoissant et traumatissant perturbe Amaia Salazar.

Mais rien n'arrêtera Amaia qui veut à tout prix comprendre qui se cache derrière tous ces crimes. Elle se trouvera non seulement confrontée à la complexité de son enquête, aux pratiques locales de sorcellerie et de croyances ancestrales locales, mais aussi aux secrets familiaux déstabilisants et destructeurs.

Avec De chair et d'os l'auteure Dolorès Redondo nous entraîne une nouvelle fois avec son héroine Amaia dans un univers opaque, angoissant, mystérieux où s'entremêlent les réalités du monde moderne avec les croyances populaires d'une autre époque.

Une histoire qui est pertubante, remplie d'intensité, oppressante et inquiétante. Mais on lit ce thriller d'une traite malgré ce sentiment de malaise qui ne quitte pas le lecteur. On oublie son environnement,
on accompagne Amaia dans son enquête, dans cette région si particulière avec beaucoup de curiosité. On plonge sans retenue mais avec appréhension dans cette atmosphère si opaque où l'enquête se mêle
aux croyances locales, à la mythologie basque et aux secrets des uns et des autres.

Un très bon roman, qui touche et qui comme le livre précédent de l'auteure Le gardien invisible vous entraîne dans une complexité humaine et des rebondissements imprévisibles.

Dolorès Redondo s'est lancée dans une trilogie qui est plus que prometteuse. Une vraie réussite. J'ai adoré et j'attends avec impatience d'aborder la suite de cette trilogie.

Une très bonne auteure qui arrive à me tenir en haleine, à me faire vibrer et à me toucher à chacun de ses romans.

Présentation de l'éditeur

Brillant élément du commissariat de Pampelune, l'inspectrice Amaia Salazar se voit chargée d'enquêter sur d'atroces crimes sexuels. Les victimes sont des femmes et tout semble indiquer que les bourreaux soient leurs maris ou compagnons. Mais des rituels macabres, qui rappellent des pratiques de sorcellerie locale, laissent penser qu'un fou diabolique pourrait orchestrer ces meurtres en série. Salazar n'a pas fini de découvrir les turpitudes de cette vallée de Baztán dont la rivière semble emporter les secrets terrifiants. Amaia Salazar a d'autant plus de mal à mener son enquête qu'elle vient de donner naissance à l'enfant qu'elle et son compagnon ont tant désiré. Pas facile de devenir mère quand la mort rôde et que le souvenir de celle qui vous a donné la vie vous inflige de violents cauchemars. Mais la jeune femme entend bien aller jusqu'au bout de ses recherches, quels qu'en soient les résultats.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression