jeudi 14 avril 2016

Le tueur sans nom de Karine Carville (épisode 2)



Déjà chroniqué sur le blog


L'avis d'Ondine


Karen Spergo, inspectrice de police, poursuit son enquête sur les assassinats de deux familles dont le mode opératoire présentait des similitudes. Les parents étaient sauvagement égorgés et les enfants pour l'un, a été enterré vivant et pour l'autre, retrouvée morte dans la cave avec un grave traumatisme cranien. Aucun lien n'existe entre les deux familles.

Karen Spergo est persuadée d'avoir affaire à un tueur en série. Elle pense de plus en plus que 'assassin leur laisse un message sur chacun des lieux de crime.

Elle arrive à en convaincre son supérieur le commissaire Moray. Celui-ci renforce leur équipe avec un profileur afin de les aider à décrypter les scènes de crime.

Karen Spergo qui est très préoccupée par son enquête, continue de rendre visite à sa mère qui est atteinte de la maladie d'Alzheimer. Elle ne reconnaît plus sa fille et à chacune de ses visites, elle lui tient des propos étranges qui déstabilise Karen.

Elle continue également de fréquenter Christophe, son nouveau boy-friend mais même s'il lui plait elle reconnaît que leur relation est plus amicale qu'amoureuse. Christophe est un homme étrange, qui s'intéresse beaucoup à son enquête, peut-être un peu trop. Mais peut-être est-ce uniquement de la sollicitude. Je ne dévoilerais pas plus d'éléments sur cet épisode 2 car ce serait dommage pour le lecteur.

En tous les cas, il faut avouer qu'à l'issue de la lecture de cette deuxième partie je me sens à nouveau très, très, frustrée et très impatiente de connaître la suite.

Il y a des suppositions qui se profilent dans ma tête. Les personnages semblent plus complexes et plus impliqués qu'il n'y paraît.

Alors vivement la lecture de la suite car ce thriller est très bien ficelé. Une écriture simple et fluide, une histoire sans longueur, un scénario qui accroche dès le début et une atmosphère qui peut être angoissante.

J'attends avec grande impatience la suite…

-partenariat

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression