lundi 31 octobre 2016

Le chant du pluvier de Laprun, Béhé et Surcouf

L'avis de Gaby


Chers lecteurs, 

aujourd'hui je vous fais découvrir une bande dessinée particulière et émouvante. De celles qui touchent au plus profond de soi par sa sensibilité et sa simplicité. Le chant du pluvier fait partie de ces ouvrages graphiques qui ne semblent pas payer de mine, au graphisme assez classique et réaliste des années 80-90. Elle n'a pas de couverture criarde et ne vous chopera pas le regard dans la boutique d'illustrés. Non, cette bande dessinée semble vouloir convaincre plus que séduire, et son trésor se mérite.

Guilhèm, un ethnologue, doit se rendre de toute urgence auprès de sa soeur Marilis et de son père pour assister aux funérailles de sa mère. Le père et Marilis ont toujours vécu sous le même toit, et partagent un fort caractère. Guilhèm a hérité de la personnalité douce et sensible de sa mère. Une fois dans le foyer, il se remémore le souvenir de cette dernière, le seul à le comprendre dans sa famille.
Guilhèm décide alors d'inviter son père à l'accompagner au Groenland...

La force de cette bande dessinée - un coup de cœur, vous l'aurez compris - l'absence de superflu. Les traits sont simples, esquissent le personnage, vont à l'essentiel. Les couleurs ne dépassent pas le nombre de case par case, et restent dans des tons neutres et doux. Nous ne nous perdons pas dans le détail, mais savourons ce calme et ce vide qui retranscrivent avec efficacité l'ambiance qui règnent dans ces lieux : le silence, la discrétion, la solitude, l'enfermement des sentiments.


Et l'histoire douce et subtile de ce père un peu rustre, et ce fils délicat qui doivent accorder leurs deux mondes. Avec en toile de fond, une sœur et fille seule, qui n'a vécu que pour sa famille et doit apprendre à composer et aussi exister pour elle. On ressent la maladresse, ces petites peines lorsque la communication ne passe pas, et ces bonheurs fulgurants quand enfin la connexion entre deux êtres se concrétise.

La découverte du Groenland, de ce milieu si méconnu est aussi un plaisir pour le regard et la curiosité, un univers particulier et discret qui s’entrouvre au lecteur, sans fard et dans toute sa pureté.

Une bande dessinée incroyablement juste, sensible et humainement riche.

- QUOI ??! Au Groenland ? T'es tombé sur la tête ?
- C'est Guilhèm qui a proposé. Ça sera facile, il connaît tout, là-bas !
- T'as jamais pris l'avion !
- J'regarderai pas en bas. En plus au Roger, ils lui ont même servi un cognac dans l'avion... gratuit !


Présentation de l'éditeur

La disparition d'une mère révèle parfois la fragilité des liens qui tissent l'équilibre d'une famille. Entre un père et une sœur dotés d'un caractère bien trempé, Guilhèm éprouve un fort sentiment d'abandon. Pour dessiner une nouvelle géographie familiale, le fils ethnologue d'une nature sensible et délicate invite son père au Groenland. Il espère apprivoiser cet homme en l'éloignant le plus possible de ses repères habituels.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression