mercredi 2 novembre 2016

Le soldat fantôme de Jean-Guy Soumy

L'avis de Gaby

La romance et la guerre sont deux thématiques traitées avec parcimonie sur le blog. Si vous êtes fidèle à La biblio de Gaby, il n'y a aucune surprise : nous en parlons peu. Dans Le soldat fantôme de Jean-Guy Soumy, j'ai été séduite par le mystère entourant Steven, et l'existence de ce 23e régiment, armée fantôme dont la mission démarra en Normandie en juin 1944 pour se terminer près du Rhin en mars 1945. En toute franchise, si l'histoire m'avait été vendue de façon plus romanesque, je ne me serai pas résolue à la lire.

> Plus d'informations : The Ghost Army

Nous suivons en alternance les ressentis de Hannah, Berlinoise non aryenne, et Steven, soldat d'un régiment spécial dont l'objectif est de leurrer l'ennemi. 

Le récit alterne leurs points de vue, des années 1944 à 45, sans que les deux êtres ne se rencontrent. A mes yeux, la "grande histoire d'amour" est survendue et sert surtout la narration de l'Histoire. En effet, le couple ne se réunira qu'en fin de récit, à quelques chapitres de la fin. Et pourtant c'est grâce à leur liaison que Jean-Guy Soumy créé une tension lors du lancement de son récit, dans un phrasé sensible et délicat. Une écriture travaillée, parfois imagée, bien loin des récits sobres que j'ai pu découvrir ces dernières semaines.

Entre ces deux êtres, des points communs : comme la disparition d'une mère, morte à la couche pour l'une, en fuite pour l'autre ; mais aussi une sensibilité et un goût pour les arts. Deux êtres fragiles mais endurcis et tenaces, qui luttent pour leur vie et refusent de se laisser abattre ou de mettre aux enchères leurs principes moraux. Deux humains qui se ressemblent et dont l'amour ne peut qu'être de mille nuances.

Découvrir cette guerre d'un autre genre m'a captivée. Une facette méconnue et de génie qui mériterait d'être plus souvent mise en lumière. Bien peu de textes abordent ce 23e régiment fait d'artistes dont le rôle est de tromper l'ennemi. Ce roman vaut d'être lu en partie pour cette raison. Ainsi que pour l'émotion de la fin.

Je ne me serai jamais contentée d'une romance entre un soldat lambda et une demoiselle allemande. Les recherches de l'auteur et l'univers qu'il a su retranscrire ont maintenu mon intérêt pour ce récit. Sans cela, on aurait peut-être basculé dans le roman à l'eau de rose.

En conclusion, mon enthousiasme a été conquis par la partie historique mais il m'a manqué cette tension, née dans le prologue et qui n'a pas survécu les pages suivantes. La fébrilité, l'action, le vif, le piment, sont perceptiblement en retrait dans ce récit. Enfin, Hannah et Steven auraient mérité d'être un peu plus contrastés dans leurs émotions et leur expériences.

Charles vient des studios Disney. Il est l’un des pionniers du procédé d’enregistrement multipiste. Il a décidé que son expertise dans la sonorisation des dessins animés serait utile à la constitution d’une sonothèque de guerre.
— Je constitue un stock de bruits : chenilles d’un Sherman sur une route asphaltée, ou pierreuse. Ou encore boueuse. Changement de vitesse au moment du franchissement d’un obstacle. Rassemblement d’une centaine de chars dans une clairière. Batterie de DCA en action. Ambiance d’un campement, le jour, la nuit. Selon qu’il neige, vente ou pleuve, car les sons ne se propagent pas de la même manière…
Ted l’a interrompu :
— Et alors ?
Charles nous a dévisagés.— La guerre Walt Disney… Nous menons la guerre Walt Disney, les amis. C’est Fantasia chez les Krauts.
-Partenariat





Présentation de l'éditeur

Elle est allemande, il est américain. Dans quelques semaines, la guerre sera finie... Qu'en sera-t-il alors de leur amour ? 
Mars 1945. Les Alliés marchent sur Berlin. En leur sein, le 23e régiment, inconnu de tous – et pour cause : composé de scénaristes, comédiens, techniciens du cinéma, sa mission est de leurrer les troupes d'Hitler en donnant l'illusion qu'à sa place manoeuvre une immense armée. Steven est l'un de ces soldats " Cecil B. DeMille " dont les opérations permettront de sauver trente mille vies.
Hanna, elle, fuit Berlin. Francophile passionnée, armée de son seul vélo, elle veut rejoindre Paris. Après des semaines de traversée d'une Allemagne en pleine débâcle, elle arrive dans un village au bord du Rhin – là où est stationné Steven.
Entre eux c'est l'amour fou, immédiat, absolu. Mais qu'est-ce qu'un amour fondé dès l'origine sur un terrible mensonge, puisque Steven, soldat fantôme, ne peut révéler à Hanna qui il est réellement ?



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression