jeudi 6 avril 2017

Anna de Niccolo Ammaniti

L'avis d'Ondine

Du même auteur sur le blog : Moi et toi

L'histoire se passe en Sicile en 2020 donc dans un très proche demain. Tous les adultes sont morts frappés par un virus mortel qui venu du Nord de l'Europe, a décimé toute la population adulte. Cette maladie a été surnommée la « Rouge ».

Anna âgée de treize ans vit seule avec son petit frère Astor, huit ans, dans la maison de sa mère en pleine campagne. Ses parents sont morts de cette terrible maladie la « Rouge ». Pour survivre, Anna cloître son petit frère dans la maison familiale pour le protéger de la maladie et de la dangerosité du monde extérieur. 

Elle-même passe ses journées en quête de nourriture en fouillant maisons et magasins au milieu des cadavres, de l'odeur pestilentielle, des chients errants et des quelques survivants qui sont capables du pire pour survivre. Un monde hostile et dangereux. Mais Anna sait qu'elle n'a pas d'alternative et qu'elle doit tout faire pour que son petit frère et elle-même puissent rester en vie.

Pourtant un jour, Anna trouve la maison vide. Son petit frère Astor a disparu. Il aurait été enlevé par une horde d'enfants sauvages. Elle décide de tout mettre en œuvre pour retrouver Astor. Elle part à sa recherche, traversant des endroits où ruines et désolation sont les seuls témoins d'une vie antérieure désinvolte et frénétique.

⇰ Anna retrouvera-t-elle son petit frère dans ce capharnaüm de désolation et d'anarchie ? Arrivera-t-elle à survivre loin de son univers familier et dépasser ce monde hostile et sans règle ? 

Anna est un roman à la fois étonnant, perturbant, touchant et tellement réaliste. Dès le début du livre on se laisse embarquer par cette histoire. Niccolo Ammaniti sait raconter avec bienveillance et une justesse de ton qui lui est propre. On oublie très vite l'âge d'Anna tellement elle a des réflexes de survie qui laisse sans voix. 

Malgré cet environnement désertique, inhospitalier et dangereux, Anna apprend très vite à se dépasser, à trouver la volonté et l'énergie pour ne pas perdre le seul être qui lui est proche et dont elle est responsable : son petit frère. Sa quête de survie est identique à celle des adultes et se conjugue inexorablement avec cet espoir qu'il existe quelque part un endroit où le virus n'a pas tué et qu'elle pourra avec son petit frère y avoir un avenir autre.

Un roman beau et tragique à la fois. Un auteur qui sait à chacun de ses livres me toucher par sa grande humanité, cette proximité bienveillante qu'il a avec ses personnages et surtout cette justesse dans sa vision de notre monde. On pourrait parler d'un conte mais en réalité au fond de soi, la raison nous souffle déjà, qu'un jour peut-être, nous aussi nous serons confrontés à tels événements.

A lire et à découvrir pour la beauté des personnages, de l'histoire même si celle-ci se déroule dans le chaos de notre monde. J'ai aimé et comme d'habitude Niccolo Ammaniti a su m'emmener dans son univers littériaire. Pour ceux qui ne connaissent pas l'auteur, lisez ses autres romans qui sont les uns et les autres d'une grande intelligence de coeur et d'un réalisme qui ne peuvent que toucher le lecteur.

➽320 pages / Septembre 2016

Résumé de l'éditeur

Sicile, 2020. Un virus mortel, « la Rouge », a déferlé sur l’Europe quatre ans auparavant et décimé la population adulte ; les jeunes, eux, sont protégés jusqu'à l'âge de la puberté. Anna se retrouve seule avec Astor, son petit frère de quatre ans. Elle doit affronter le monde extérieur avec ses cadavres, ses charognards, ses chiens errants et affamés, l’odeur pestilentielle, pour trouver, quand il en reste, des médicaments, des bougies, des piles, des boîtes de conserve, avec comme unique guide dans cette lutte pour la survie, le cahier d’instructions que lui a légué leur mère avant d’être emportée par la maladie.
Lorsqu’Astor disparaît, Anna part à sa recherche, prête à défier les bandes d’enfants sauvages qui errent à travers les rues désertes, les centres commerciaux et les bois. Mais l'ordre appartient au passé et les règles d'autrefois ont été oubliées. Pour réussir à sauver Astor, Anna va devoir en inventer de nouvelles, parcourant ce monde à l'abandon où la nature a repris ses droits, ne laissant que les vestiges d'une civilisation qui a couru à sa propre perte. Une véritable odyssée des temps modernes où s'entremêlent lumière et ténèbres, un duel permanent entre la vie et la mort. 

lundi 3 avril 2017

Amelia de Kimberly McCreight

L'avis d'Ondine

Amelia est une jeune adolescente de quinze ans qui est élevée par sa mère Kate, célibataire et avocate dans un grand cabinet. Elle ne connaît pas son père. C'est une très bonne élève. Sa seule amie depuis toujours est Sylvia.

Mais voilà que le lycée de sa fille téléphone à Kate. Elle doit se rendre de suite au lycée pour récupérer sa fille qui vient de se faire exclure pour plusieurs jours pour tricherie. Quand elle arrive au lycée, elle apprend que Amelia est morte. Elle se serait suicidée en se jetant du toit du lycée. La vie de Kate implose. Elle ne peut accepter cette disparition tragique et est rongée par la culpabilité et les interrogations.

Un texto anonyme informe Kate que sa fille ne s'est pas suicidée. Elle est bouleversée et se rend compte qu'elle n'a jamais cru au suicide de sa fille. Elle décide de chercher dans la vie de sa fille ce qui a bien pu se passer pour qu'Amélia meurt tragiquement. Kate veut la vérité. Elle épluche les mails, les SMS d'Amélia et les réseaux sociaux, fouille sa chambre et découvre la terrible réalité de la vie de sa fille. Jamais elle n'aurait soupçonné que Amelia pouvait vivre de telles pressions.

Kate décide de faire relancer l'enquête de police. Il s'avère qu'effectivement celle-ci a été bouclée trop rapidement. Elle mène sa propre enquête et découvre que sa fille menait une vie qui lui était totalement inconnue.

Qui a tué Amelia et qui est responsable de sa mort ? Tant qu'elle n'aura pas de réponse, Kate n'arrêtera pas de chercher, de fouiller et d'enquêter et cela quelque soit la réponse à cette question. Elle a besoin de savoir.

Amelia est un roman dont le sujet semble commun au départ mais tout cela est très trompeur. Dès les premières pages, on se laisse prendre par cette histoire et on n'arrive plus à lâcher jusqu'à la chute. Ce thriller est exceptionnel dans sa façon de raconter car le lecteur accompagne cette mère dans sa quête de la vérité. Une angoisse grandissante et des révélations inattendues créent un climat de tension permanente.

L'histoire est bien ficelée et surtout bien écrite car le lecteur est pris dans cette enquête où les adultes comme des adolescents sont englués dans des fonctionnements, des non-dits où la limite est rarement posée par manque de vigilance, d'égoïsme ou tout simplement de méchanceté et de manipulation. 

Un très bon thriller qui vous laisse un sentiment de gachis et de mal être. Une auteure que je ne connaissais pas, mais qui est une vraie révélation et qui a su me tenir en haleine du début à la fin de façon totalement inattendue.
A découvrir absolument.

576 pages / Août 2016.

Résumé de l'éditeur :

À New York, Kate élève seule sa fille de 15 ans, Amelia. Très proches, elles n'ont pas de secrets l'une pour l'autre. Jusqu’à ce matin d'octobre, où elle reçoit un appel du lycée qui lui demande de venir de toute urgence. Elle ne reverra plus jamais Amelia : celle-ci a sauté du toit de l'établissement.
Rongée par le chagrin, Kate plonge dans le désespoir et l’incompréhension. Pourquoi une adolescente en apparence si épanouie s’est-elle donnée la mort ? Mais un jour, Kate reçoit un SMS anonyme qui remet tout en question : « Amelia n'a pas sauté. » Obsédée par cette révélation, elle s'immisce dans la vie privée de sa fille et découvre, à travers les réseaux sociaux, les mails et les SMS d’Amelia, une réalité terrible, un véritable monde parallèle qu’elle n’aurait jamais pu imaginer.

dimanche 2 avril 2017

Le retour de la blogueuse



Bonjour à tous,

il m'a fallu un certain temps avant de reprendre la rédaction de quelques billets sur ce blog. Le travail a quelque peu dévoré ma vie, sans que je n'en émette une grande plainte : j'ai toujours voulu vivre de ma passion et j'y arrive progressivement.
La lecture fait cependant partie de ma vie. De près ou de loin, je ressens la nécessité impérieuse de me plonger dans les lignes d'un auteur. Depuis ces derniers mois, cette consommation de mots et d'univers a évolué, pris une certaine distance, venue très certainement avec la maturité.
Je suis donc de retour sur La biblio de Gaby, avec dans mes bagages un certain nombre de livres à vous faire découvrir :
- La muette
- Mansfield Park 
- J'ai choisi d'être libre 
- Principes du journalisme
- Le clan Rhett
- Faut-il renoncer à la liberté pour être heureux ?
- L'arabe du futur 2
- Le roman des ouvrières

Je dois également vous mettre en forme quelques chroniques d'Ondine. Un programme assez chargé qui vous promet quelques belles découvertes. Du moins je l'espère.