jeudi 6 avril 2017

Anna de Niccolo Ammaniti

L'avis d'Ondine

Du même auteur sur le blog : Moi et toi

L'histoire se passe en Sicile en 2020 donc dans un très proche demain. Tous les adultes sont morts frappés par un virus mortel qui venu du Nord de l'Europe, a décimé toute la population adulte. Cette maladie a été surnommée la « Rouge ».

Anna âgée de treize ans vit seule avec son petit frère Astor, huit ans, dans la maison de sa mère en pleine campagne. Ses parents sont morts de cette terrible maladie la « Rouge ». Pour survivre, Anna cloître son petit frère dans la maison familiale pour le protéger de la maladie et de la dangerosité du monde extérieur. 

Elle-même passe ses journées en quête de nourriture en fouillant maisons et magasins au milieu des cadavres, de l'odeur pestilentielle, des chients errants et des quelques survivants qui sont capables du pire pour survivre. Un monde hostile et dangereux. Mais Anna sait qu'elle n'a pas d'alternative et qu'elle doit tout faire pour que son petit frère et elle-même puissent rester en vie.

Pourtant un jour, Anna trouve la maison vide. Son petit frère Astor a disparu. Il aurait été enlevé par une horde d'enfants sauvages. Elle décide de tout mettre en œuvre pour retrouver Astor. Elle part à sa recherche, traversant des endroits où ruines et désolation sont les seuls témoins d'une vie antérieure désinvolte et frénétique.

⇰ Anna retrouvera-t-elle son petit frère dans ce capharnaüm de désolation et d'anarchie ? Arrivera-t-elle à survivre loin de son univers familier et dépasser ce monde hostile et sans règle ? 

Anna est un roman à la fois étonnant, perturbant, touchant et tellement réaliste. Dès le début du livre on se laisse embarquer par cette histoire. Niccolo Ammaniti sait raconter avec bienveillance et une justesse de ton qui lui est propre. On oublie très vite l'âge d'Anna tellement elle a des réflexes de survie qui laisse sans voix. 

Malgré cet environnement désertique, inhospitalier et dangereux, Anna apprend très vite à se dépasser, à trouver la volonté et l'énergie pour ne pas perdre le seul être qui lui est proche et dont elle est responsable : son petit frère. Sa quête de survie est identique à celle des adultes et se conjugue inexorablement avec cet espoir qu'il existe quelque part un endroit où le virus n'a pas tué et qu'elle pourra avec son petit frère y avoir un avenir autre.

Un roman beau et tragique à la fois. Un auteur qui sait à chacun de ses livres me toucher par sa grande humanité, cette proximité bienveillante qu'il a avec ses personnages et surtout cette justesse dans sa vision de notre monde. On pourrait parler d'un conte mais en réalité au fond de soi, la raison nous souffle déjà, qu'un jour peut-être, nous aussi nous serons confrontés à tels événements.

A lire et à découvrir pour la beauté des personnages, de l'histoire même si celle-ci se déroule dans le chaos de notre monde. J'ai aimé et comme d'habitude Niccolo Ammaniti a su m'emmener dans son univers littériaire. Pour ceux qui ne connaissent pas l'auteur, lisez ses autres romans qui sont les uns et les autres d'une grande intelligence de coeur et d'un réalisme qui ne peuvent que toucher le lecteur.

➽320 pages / Septembre 2016

Résumé de l'éditeur

Sicile, 2020. Un virus mortel, « la Rouge », a déferlé sur l’Europe quatre ans auparavant et décimé la population adulte ; les jeunes, eux, sont protégés jusqu'à l'âge de la puberté. Anna se retrouve seule avec Astor, son petit frère de quatre ans. Elle doit affronter le monde extérieur avec ses cadavres, ses charognards, ses chiens errants et affamés, l’odeur pestilentielle, pour trouver, quand il en reste, des médicaments, des bougies, des piles, des boîtes de conserve, avec comme unique guide dans cette lutte pour la survie, le cahier d’instructions que lui a légué leur mère avant d’être emportée par la maladie.
Lorsqu’Astor disparaît, Anna part à sa recherche, prête à défier les bandes d’enfants sauvages qui errent à travers les rues désertes, les centres commerciaux et les bois. Mais l'ordre appartient au passé et les règles d'autrefois ont été oubliées. Pour réussir à sauver Astor, Anna va devoir en inventer de nouvelles, parcourant ce monde à l'abandon où la nature a repris ses droits, ne laissant que les vestiges d'une civilisation qui a couru à sa propre perte. Une véritable odyssée des temps modernes où s'entremêlent lumière et ténèbres, un duel permanent entre la vie et la mort. 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Profitons de notre liberté d'expression